Comme annoncé dans l’une de nos précédentes dépêches, le procès dans l’affaire de vol de carburant à l’agence régionale d’électricité de Guinée (EDG) à Kankan a effectivement eu lieu mardi 23 juillet 2019, au tribunal de première instance de ladite localité. Après la phase réquisitoire et plaidoirie, Lanciné Traoré considéré comme le cerveau de cette affaire a été condamnés à 10 ans de prison ferme et une amende de deux (2) millions de francs guinéens.

Ansoumane Damaro Camara, chef de la centrale thermique, Mory Kanté et Lancinè Komah Traoré, condamnés à deux (2) ans d’emprisonnement et au paiement d’une amande de 500 mille francs guinées, chacun. Enfin, le nommé Bangaly Doumbouya, a été purement et simplement acquitté. Et la cour, d’ordonné sa mise en liberté immédiate.

Treize (13) autres co-accusés, en fuite, ont été également condamnés, chacun, à 10 ans d’emprisonnement par défaut. La cour a décerné un mandat à l’encontre de ces fugitifs.

Elle a également, ordonné la restitution de huit bidons contenant du gasoil à la guinéenne d’Electricité ainsi que la confiscation de la voiture du cerveau de l’opération de vol au profit du trésor public.

L’avocat de la défense, Me Mory 2 Kourouma trouve cette décision arbitraire et promet d’interjeter appel dès ce mercredi.

« Nous estimons que les droits les plus élémentaires des différents prévenus ont été bafoués et piétinés et comme nous sommes dans un état de droit, nous ferons appel de cette décision que nous trouvons injuste. Parce qu’en principe, le tribunal ne peut condamner quelqu’un en correctionnel qu’en ayant toutes les preuves conformément à l’article 497 du code de procédure pénale. Certains prévenus ont été accusés à tort. Quand on condamne les gens à 10 ans d’emprisonnement qui sont à leur première fois de commettre de tels actes, c’est révoltant », s’est-il indigné.

Quant aux avocats de la partie civile, ils se disent satisfaits car pour eux, le droit a été dit dans cette affaire.

Il faut rappeler que Lanciné Traoré et cie ont été condamnés pour vol, coups et blessures volontaires…

Mory Komara, correspondant Kibaro224.com, à Kankan