Tout d’abord, Je m’incline pieusement sur la mémoire respective de toutes les victimes, présente mes condoléances et exprime ma compassion aux familles des victimes de ces violences barbares.

La quête de la démocratie ne peut aucunement être exprimée par la violence, la haine et la vengeance.

Ceux qui sont entrain d’interpréter dans tous les sens les événements malheureux de N’zérékore en vue de brouiller les pistes et nous désorienter de l’essentiel doivent se ressaisir, car nous avons suivi et nous continuons à suivre de très près le déroulement complet de ces événements.

Nous avons écouté avec attention les différentes sorties médiatiques, mais nous restons convaincus qu’il ne revient pas à un parti politique de désigner le coupable ni à une coordination de la diaspora forestière, nonobstant qu’elle a déjà pris position, de pointer du doigt à Paul et d’acquitter pierre. Ces sorties sont tendancieuses et partisanes.

En ce qui nous concerne, Nous exigeons la lumière, toute la lumière sur ces événements et restons convaincus que c’est à la Justice, à elle seule de faire la lumière sur ces événements d’une autre époque et nous veillerons à ce que toute la lumière soit faite dans l’indépendance et le respect strict des lois de la République. Nous sommes fermes et catégoriques.

Une mission de plusieurs organisations de la société civile Guinéenne se rendra à N’zerekore les jours à venir à l’issue de laquelle, la communauté nationale et internationale sera informée de toutes les informations sur ces événements regrettables.

Je renouvelle mon appel à la brave Population de N’zerekore, de renoncer à la violence, de bannir la haine et de promouvoir la Paix et le Vivre ensemble.

DORAH ABOUBACAR KOITA
PRÉSIDENT NATIONAL DE LA JEUNESSE CEDEAO GUINÉE