Si le RPG arc en ciel accuse Cellou Dallein des violences à N’zérékore, le conseil supérieur de la diaspora forestière (CSDF) quant à lui a d’autres hypothèses. Pour lui, la présence sur le terrain de l’honorable Amadou Damaro Camara avant les conflits suscite de profondes suspicions fondées. Le CSDF l’a fait savoir dans une déclaration rendue publique ce vendredi 27 mars 2020 à la maison de la presse de Kipé.

« La présence de monsieur Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire RPG arc en ciel, qui est arrivé à Nzerekore quelques jours juste avant les conflits. Sa présence sur le terrain suscite de profondes suspicions fondées. Pour rappel, depuis quelques mois, une vidéo dans laquelle Damaro harangue une foule hystérique de koniankés circule sur les réseaux sociaux ; dans cet instrument médiatique, Damaro dans un discours de style hitlérien, évoque la prouesse guerrière des Koniankés, tout le long de l’histoire de la sous-region. Par ces assertions incendiaires, il incite tacitement le peuple du Konia à aller en guerre contre d’autres guinéens, et particulièrement ceux de la région forestière. », a expliqué Labilé Koné du conseil.

Poursuivant, il accuse également les chasseurs traditionnels et les bérets rouges sur le terrain pour le maintiens d’ordre. « La présence des chasseurs traditionnels armés, communément appelés « Donzo » venus de la Haute Guinée suscite bien d’interrogation. Sur la base de photos authentiques qui circulent sur les réseaux sociaux, il est établi que les donzos avaient été les gardiens des bureaux de vote, en appui aux forces de sécurité nationale. Aussi, dans la période post-électorale, ces donzos quadrillent continuellement la ville de N’zerekoré en compagnie de militaires coiffés de bérets rouges.« , a-t-il ajouté.

Le CSDF se réserve le droit de porter le cas devant les juridictions internationales au cas où la justice guinéenne reste passive ou partiale.

Gnima Aissata Kebe