Il y a 72 heures, les enfants d’une même préfecture Macenta s’affrontent en faisant de nombreux morts et de blessés. Cette situation est d’autant regrettable que malgré les différences entre Manian et Toma, ils ont toujours partagé les mêmes espaces de vie.

Leur vivre ensemble semble être menacé pour différentes raisons dont la principale est simplement le repli sur l’identité. En cette douloureuse occasion, je lance un appel vibrant à toutes les filles et tous les fils de Macenta pour que les hostilités s’arrêtent quels qu’en aient été les motifs.

Ils vivront toujours ensemble partageant les peines du quotidien, et vivant d’espérance pour l’avenir. Ils ne doivent accepter aucune manipulation de quelque origine que ce soit.

Je réitère mon appel à tous les fils et toutes les filles de Macenta quelque soit leur appartenance politique et ethnique pour faire preuve de cohabitation pacifique légendaire qui leur est connue, en arrêtant immédiatement les violences afin de travailler à réduire les frustrations, penser les plaies et revivre l’unité.

Le gouvernement de la République doit tout mettre en oeuvre pour mener les investigations possibles en vue d’aboutir à la protection des biens et de la vie des personnes.

Nous présentons nos condoléances les plus émues à tous ceux qui ont perdu les leur durant cette confrontation inutile voire nuisible.