Les autorités administratives de N’Zérékoré et les leaders locaux du FNDC étaient en conclave mardi 18 juin 2019, dans la salle de réunion du gouvernorat. Cette rencontre est l’initiative de certaines personnes pour amener ces deux parties a accorder leurs violons.

Cette rencontre entre les autorités de N’Zérékoré et les responsables de la coordination régionale du FNDC dont tout le monde attendait le denouement n’a pas abouti à grand-chose. Les deux parties se sont quittées sans trouver un terrain d’entente.

« On n’a rien arrêté jusqu’à présent. Nous, nous avons posé certaines conditions qui, pour nous sont simples. Il s’agit notamment de la libération de nos collègues qui sont injustement arrêtés, l’interdiction de toutes les marches de l’autre camp qui soutient la nouvelle constitution… S’ils acceptent ces conditions nous on n’a pas de problème » , nous a confié un membre FNDC qui a préféré garder l’anonymat..

La rencontre a donc été suspendu pour permettre à chaque camp de consulter sa base. Les négociations vont reprendre demain mercredi et notre interlocuteur indique que son camps est ouvert au dialogue.

« Nous allons encore nous retrouver demain. Nous voulons tous la paix à N’Zérékoré. Mais il faut qu’elles (les autorités ndlr) soient sincères avec nous », a-t-il ajouté.

Alors que les habitants de N’Zérékoré regrettent encore les consequences des violences qui ont émaillé la dernière marche du FNDC, le mouvement annonce une nouvelle marche pour le jeudi prochain. Cette annonce fait suite à une sortie médiatique du gouverneur qui avait demandé de les « traquer jusqu’à leur dernier retranchement »

Mamady Camara