Quand la haine arrive au summum, les betises de ceux qui l’entretiennent démontrent largement aux éclairés que nous sommes l’imminence du danger qui pese sur nos âmes.

Des militants d’une certaine stratégie politico communautaire relaient les propos d’une relique venue tout droit des profondeurs de l’insensé, de l’ignoble et surtout de la démonstration de l’immaturité du peuple de la Guinée Bissau qui prend le risque de mettre à sa magistrature un amateur. Comme si cela ne suffisait pas, le prolongement de cette même orque sur notre territoire, sous une République qui les protège se permettent d’être des porte flambeaux aux propos malveillants d’un « délinquant de président élu  » au passé sulfureux contre notre Président de la République « le Professeur Alpha Condé » que Dieu l’assiste et le protège.

Je ne prendrais pas le temps de parler du Président élu Emballo. Son cas est la démonstration des erreurs des peuples quand ils sont sous évolués et désorientés vis à vis de la marche du monde, ils se permettent les tragiques choix d’un tel immature aux mains duquel on met une sensibilité aussi élevée que conduire une nation.

L’expérience a démontré à travers les âges que les présidents bavards et surexcité ont la haute performance de moins durer au pouvoir. Je n’ai point le don d’ubiquité mais les expériences vécues et celles lues me poussent à croire que cette canaille de President élu, déguisée en marionnette ne tiendra pas assez longtemps le rôle principal dans ce feuilleton cauchemardesque qu’il entretien par le fait des pulsions d’une euphorie passagère. Wait and see.

Un pays fragile qui élu un président fragile dans un contexte fragile et qui tient des propos relayés par des esprits fragiles dans un pays comme le nôtre et par les nôtres est simplement tragique et pitoyable. Ça révèle encore le degré du mépris total entre nous et de certains face à leurs dirigeants légitimes

Le plus grand mal ne se situe pas dans les propos de notre immature de général de Président élu en Guinée Bissau. Il se situe dans l’expression du témoignage de la haine de certains de nos propres compatriotes injectés par la haine et atteints par le syndrome de la satire qui les pousse à tout prix présenter son propre Président sous des aspects moins honorifiques.

On peut ne point aimer un homme devenu par la force des choses et du choix du peuple Président mais avoir l’orgueil du patriote même dans les vomissures comateux d’un homme qui s’apprête à sortir de ce monde.

Pour certains dont Dieu nous a fait le tort de choisir comme compatriotes le patriotisme ce ne pas l’intérêt de tous, ce ne pas le drapeau commun, ce ne pas la liberté commune, ce ne pas le pays, pas son hymne, pas ses héros , pas ses réussites, pas ses valeurs, pas le vivre ensemble mais eux au commande, eux pour tout avec les mêmes consonances nominatives, avec les mêmes stratégies de choix sélectifs et pour tout dire les puissants décideurs ‘. N’est ce pas une forme inconsciente d’auto destruction programmée ?

Ils sont partout entrain de chercher les mauvais exemples pour les coller à leur pays qu’ils pensent aimer et cherir alors que leurs actes dénotent du plus grand dédain et du plus grand complot perceptible à travers chaque discours, chaque phrases, chaque mots et chaque regards, au point de s’interroger sur cette forme de déliquescence d’un groupe à qui on a pourtant donné le plein droit et qui n’a manqué de l’affection de personne au fil des âges sur cet espace commun que je nomme affectueusement « La Guinée ».

GUINÉE ! n’est ce pas une ingratitude d’être humiliée par des gens qui vivent dans tes entrailles. Le coup de pied de l’enfant ingrat dans le sein de sa maman peut provoquer des éraflures mais il n’est jamais mortel. GUINÉE ! Mère, nourricière si certains font le semblant de t’aimer, nous autres sommes là. Tu représentes tout pour nous.

Aimer son pays c’est être patriote, c’est faire bloc quand autrui jette un pierre dans le jardin commun. Ce ne pas forcément partager à l’interne les opinions de tes adversaires politiques, de ton président, de tes ministres ou autres décideurs. C’est accepter malgré les querelles intestines de se battre comme un peuple vaillant et digne face à l’agresseur.

Être patriote, c’est diluer ton opinion dans la bassine commune quand il est porté atteinte à l’image de ton président, de ton drapeau, de ta liberté et de ta souveraineté.

Être patriote, s’est s’extraire du déni à outrance, de la négation, de l’ingratitude vis à vis de ton État.

Être patriote, ce ne pas extirper ses tripes à cause d’un homme ou des hommes qui ont brillé par leur incompétence quand ils étaient aux affaires. C’est voire l’intérêt général en premier.

Être patriote, ce ne pas être un critique pure et dure et dans le mensonge.

Être patriote, ce ne pas au nom de la liberté d’expression insulter et vouloir toujours dire du mal de ton président et de ton pays de façon injustifiée.

Jean Traoré.