Le procès de l’artiste reggae man Élie Kamano et 22 autres compagnons se poursuit au tribunal de première instance de N’zérékoré.

Poursuivis pour entre autres de participation délictueuse à un attroupement, coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de travail de moins de 20 jours, violences, voies de faits, destruction, injures publiques et complicité, les prévenus ont à tout de rôle défilé ce vendredi 10 janvier, à la barre. Devant le juge, ils ont tous nié en bloc les faits qui leurs sont reprochés.

Au terme donc des débats, le procureur Abdoulaye Babady Camara dans son réquisitoire, a demandé de retenir Élie Kamano dans les liens de la culpabilité. Il a donc requis une peine d’un an de prison assortie de trois (3) de sursis.

Des peines allant de 6 mois à un an et des amendes de 1 à 2 millions de francs guinéens ont été également requis contre 16 autres coaccusés.

Le procureur Camara demande par ailleurs la mise en liberté de cinq (5) autres prévenus pour dit-il, délit non constitué.

L’audience est pour l’instant suspendue et l’on attend la sentence cette nuit même.

Konaté