Les leaders du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) arrêtés à la veille des manifestations du début de semaine dernière ne regagneront pas leurs maisons ce vendredi, comme l’avaient prédits certains.

En effet, au terme de cette deuxième journée de procès juridico-politique marquée par les plaidoiries, le juge a décidé de mettre l’affaire en délibéré. Les 07 leaders du FNDC devront donc attendre le mardi 22 octobre prochain pour connaître leurs sorts.

Poursuivis pour « manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles à l’ordre public suivant l’article 561 du code pénal », ils risquent jusqu’à cinq (5) ans d’emprisonnement.

Nous y reviendrons !

Konaté