Tout a commencé quand le Président de la République de Guinée a annoncé l’adoption d’une nouvelle constitution dans le pays pendant qu’il était en fin de mandat chose qui violait la constitution déjà en place, c’est ainsi que des organisations de la société civile, des associations, des ONG et les grosses pointures de la politique Guinéenne se sont mis ensemble au sein d’une coalition appelé Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dont mon ami DORE Sinata Jacques et moi faisions partie. Ce front avait pour objectif de non seulement défendre la constitution existante, c’est-à-dire sur laquelle le Président a prêté serment, mais aussi et surtout barrer la route à toute tentative de changement de constitution.

Pendant que le pouvoir mettait en place sa stratégie pour arriver à ses fins, le FNDC quant à lui planifiait des manifestations pacifiques.

Alors il fut un moment où le peuple s’est rangé derrière le FNDC pour défendre sa constitution et comme le pouvoir n’avait pas d’autres solutions, il a commencé à interdire d’abord les manifestations, puis à réprimander les manifestations pourtant pacifiques à travers les violences policières natamment les tueries, les blessés graves, les arrestations arbitraires et ceux a l’aide de l’utilisation des armes de guerre.

C’est dans l’une de ces manifestations que DORE Sinata et moi avions été arrêtés conduit pour un premier temps vers une destination inconnue. Après alors plusieurs interrogations à notre sujet, ils nous ont transféré à la maison centrale de Conakry avec toutes les menaces possibles. Notre seul tord, c’est d’avoir dit non au changement de constitution de manière pacifique.

Après plusieurs tractations, ils nous ont libérés le 31 août 2019. Toujours dans l’optique du combat citoyen, nous avons encore projeté d’autres manifestations avec les leaders du FNDC et ce jour il y a prêt de 10 personnes qui ont été tuées et les arrestations ciblées ont commencé.

Et la nuit du 20 septembre, la Gendarmerie a fait une descente musclée chez certaines personnes dont DORE et moi, dans l’intention de nous arrêter, mais heureusement, nous avons été vite prevenu et nous avons quitté nos différentes maisons avant qu’elle ne débarquent.

Ies agents étaient maintenant à notre trousse, on ne pouvait plus c’est ainsi que DORE est sorti du pays le 29 septembre 2019 pour le Sénégal précisément à Dakar et moi, j’ai continué sur Abidjan. Mon ami DORE, même étant à Dakar était accusé par les autorités comme la personne qui incite à la violence. Avec toutes ces menaces qu’il recevait, le Sénégal étant proche de la Guinée de peur que quelque chose ne lui arrive, DORE a quitté Dakar pour se retrouver à Dubai. De Dubai, il s’est rendu le 01 octobre 2019 en Chypre du Nord. Où il se trouve actuellement.

Je pus vous dire que mon ami et moi, nous avons eu la chance de quitter, car nombreux de ceux qui ont été arrêtés à l’époque sont toujours en prison sans jugement aucun.

Mieux, malgré les multiples morts et les exactions, le pouvoir a adopté sa nouvelle constitution et aujourd’hui, ses cadres parlent de 3e mandat pour Alpha Condé. Chose que nous avons vu venir de loin et a laquelle nous nous sommes opposés de manière pacifique mais bon.

Un témoignage de Alseny Bah.
Tel : 666585181

Réalisé par Kibaro224.com