Aucune information sur le limogeage ou non de Paul Put après l’expiration de l’ultimatum du président de la FEGUIFOOT, Mamadou Antonio Souaré.

En effet, au cours d’un point de presse lundi au Caire, Antonio qui a imputé toute la responsabilité de la débâcle du syli à l’entraîneur Paul Put avait demandé à ce dernier de le fournir un rapport. Et le Belge avait jusqu’à mardi matin pour le faire.

« S’il ne prend pas ses dispositions, nous nous allons prendre notre disposition », avait laissé entendre Antonio.

Seulement 24 heures après ce discours, aucune information et aucun n’acte concret n’a été posé. Selon nos informations, Paul Put refuserait de démissionner et veut que ça soit la fédération qui prenne une décision, pour ne pas perdre certains privilèges liés à la cessation de contrat.

Aussi, l’on apprend que le ministre des sports aurait demandé à la fédération d’attendre la réunion qu’il a convoqué avant toute décision. Le ministre Sanoussy Bantama Sow veut faire la lumière sur ce qui s’est passé exactement en Égypte et situer les responsabilités.

Dans un communiqué publié mardi, le patron du département des sports à indiqué que cette réunion (dont la date n’a pas été fixée)regroupera outre le cabinet du ministre, la fédération guinéenne de football, le staff technique du Syli national et le comité de soutien.

« D’importantes mesures seront prises pour sortir le football guinéen de sa situation actuelle », a promis Bantama Sow.

Déjà, Paul Put est arrivé à Conakry et la délégation officielle du ministère a bougé la nuit dernière.

En attendant donc cette réunion tant attendue, c’est le sauve qui peut. La fédération accuse l’entraîneur, ce dernier pointe du doigt les joueurs et le ministère dit avoir fait « correctement » son travail.

Affaire à suivre

Konaté