Réunis ce jeudi 03 février 2022 à Accra (Ghana), les Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont pris note de la création récente du Conseil national de transition (CNT), en tant qu’organe législatif.

Cependant, la Conférence s’inquiète de l’indisponibilité du calendrier de transition requis cinq mois après le coup d’État, comme demandé par la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO tenue le 16 septembre 2021.

En conséquence, la CEDEAO décide de :

a. Maintenir toutes les sanctions déjà imposées à la Guinée.

b. Demander à l’Autorité de transition de fournir à la CEDEAO un calendrier acceptable pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel.

c. Réaffirme sa disponibilité à accompagner la Guinée vers le retour à l’ordre constitutionnel dans les plus brefs délais.