En séjour en Côte d’Ivoire, le président de l’UFR a été sans pitié ce jeudi envers le député Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle. Invité dans l’émission « Les Grandes Gueules » sur Espace FM, Sidya Touré n’a pas manqué d’envoyer des piques à l’endroit de ce cadre du RPG arc-en-ciel qu’il qualifie d’arriviste.

« Tout le drame de la Guinée se résume à la personne que vous venez d’interroger (Amadou Damaro Camara Ndlr). Ce sont des gens qui sont arrivés au RPG (parti au pouvoir) à la dernière minute et qui en ont profité, qui se sont mis beaucoup d’argent de côté, ils parlent tout dans leurs propres noms », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne le processus électoral en cours, Sidya Touré indique que les délais légaux n’ont pas été respectés.

« On n’a pas respecté les légaux pour faire le fichier électoral, on n’a pas respecté les délais légaux pour faire l’affichage. L’institut national de statistiques en Guinée dit qu’en 2020, nous devons être à 12 millions d’habitants, comment voulez-vous que 70 % de l’électorat guinéen soit inscrit sur un fichier électoral qu’on n’a pas vu. Voilà des choses qui sont élémentaires et qu’on ne peut pas contourner. La loi, les règlements, les textes et leurs applications, c’est de cela qu’il s’agit », a-t-il fait savoir.

Sur le décret fixant l’ouverture et la fermeture de la campagne électorale, Sidya Touré, qui dit connaître le chef de l’État, déclare ne pas être surpris.

« Le drame est qu’on ne peut pas prendre un tel décret dans la mesure où l’on n’a même pas encore commencé à afficher les listes électorales. Hier (mercredi 15 janvier), dans la précipitation, on est parti mettre quelques listes dans la commune de Matoto. Nulle part en Guinée cela n’existe. Il faut arrêter un peu. Ou nous sommes dans une République, ou nous sommes dans quelque chose qui correspond à la volonté de quelqu’un qui veut absolument s’installer sur la tête des gens par la force », a conclu l’ancien Premier ministre.

Konaté