Les responsables de l’institut national de santé publique ont animé une conférence ce jeudi 05 mars au siège de l’institut. Elle avait pour thème, la capacité nationale que l’INSP a dans le cadre du diagnostic du COVID-19 et le niveau des préparations des laboratoires.

Devant les hommes de médias, le Directeur général de cet institut s’est dit prêt à faire face au cas où le Coronavirus se déclarait en Guinée.

«  nous sommes dans la phase d’alerte et dans cette phase, nous avons suffisamment de réactif, nous avons les équipements de protection individuelle, de façon générale nous avons plus de 1000 à 1500 textes possibles. Donc nous avons ce qu’il faut pour la phase d’alerte et le reste nous avons également fait plus de 3000 commandes qui sont dans nos circuits, nous avons prépositionné des commandes déjà au cas où. Donc il n’y a pas à s’inquiéter.« , a rassuré Pr Abdoulaye Touré.

À la question de savoir, les dispositions à prendre pour éviter ce virus, le Directeur général de l’INSP met l’accent sur quelques mesures
« Il faut se laver les mains régulièrement, éviter les contacts avec quelqu’un qui a un syndrome respiratoire, éviter les animaux « , dit-il.

Prenant la parole, le Directeur général adjoint de l’INSP demande l’accompagnement de la presse nationale dans le cadre de la prévention de cette maladie.
 » nous demandons à la presse de nous aider à communiquer sur tout ce qui est mesure de prévention, on est assez en avance dans les préparatifs comme il est dit qu’il faut prévenir que guérir, aider-nous à sensibiliser la population pour éviter d’avoir un cas et cela passe par la prévention. Ça c’est la santé publique donc ça concerne tout le monde« , dira Dr Robert Camara.

À date l’institut national de santé publique, dispose 13 laboratoires de biologie moléculaire, 03 laboratoires avec capacités de diagnostic de COVID-19, 05 plateformes PCR avec une capacités de 750 échantillons par jour et 04 sites sentinelles.


Abdoulaye Ben Kaba