La Saint-Valentin ou fête des amoureux a été célébrée lundi, 14 février à travers le monde. A N’zérékoré, cette journée dédiée à l’amour a failli tourner au drame à cause d’une dispute entre un gendarme et sa compagne, dans la commune rurale de Samoé, secteur Boma. Les deux (2) sont en ce moment admis à l’hôpital régional de N’zérékoré.

Bangoura, c’est le nom du jeune gendarme qui a sérieusement battu sa compagne dans la nuit du lundi, 14 février, jour de la Saint-Valentin. Aucune explication sur l’origine du problème entre le couple même si certains parlent de jalousie.

Le chef secteur qui a été appelé par des témoins, explique les circonstances dans lesquelles il a trouvé la jeune fille.

« Il s’agit d’un jeune gendarme du nom de Bangoura qui a frappé sa copine ou sa femme, je n’en sais rien. L’état de la femme était vraiment douteuse et les gens qui étaient sur place l’on amené à l’hôpital. Moi j’ai été appelé dans les environs de 2 heures du matin en me disant qu’il y a eu un cas de meurtre dans mon secteur. Immédiatement, je me suis rendu sur le lieu et j’ai constaté qu’on avait déjà envoyé la dame à l’hôpital », a expliqué Nèma Théa, le chef secteur.

Selon lui, le jeune gendarme a été également tabassé par des jeunes en colère. Il a été lui aussi transporté à l’hôpital.

« Le gendarme a été aussi frappé par des jeunes que nous n’avons pas trouvé sur le lieu. Il (le gendarme NDLR) était couché de l’autre côté et ça coïncidé à l’arrivée de la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité (CMIS) que j’avais appelé. Nous avons pris le jeune gendarme pour l’envoyer à l’hôpital. Pendant ce temps, sa copine était aussi aux urgences et les médecins étaient en train de faire leur mieux », a-t-il ajouté.

Sur l’origine de la dispute, le chef secteur précise : « On m’a dit qu’ils ont quitté la maison ensemble et personne ne sait ce qui s’est passé en cours de route. Quand ils se rétabliront, ils pourrons nous dire exactement ce qui s’est passé. »

Les deux (2) sont donc en train de suivre des soins intensifs à l’hôpital et le directeur Kaba Keita tente de rassurer ceux qui pensaient que la fille était déjà morte.

« La fille est bien vivante et les médecins sont en train de s’activer. Il paraît que le monsieur est un militaire et la gendarmerie était là le matin. Il y a une équipe spécialisée qui est en train de travailler et je pense que c’est trop tôt de tirer une conclusion sur les deux. Donc, on attend le résultat de leurs travaux », a déclaré le directeur de l’hôpital régional de N’zérékoré.