Le gouverneur de la région administrative de N’zérékoré a rencontré ce jeudi 05 mars, les secrétaires généraux de la jeunesse de la jeunesse de N’zérékoré qui demandent d’ici 72 heures, le départ du préfet, El hadj Sory Sanoh après les propos « incendiaires » qu’il a tenu récemment ».

« Même si le président me demande d’égorger quelqu’un, je ne ferai que l’appuyer… « , ces propos sont du préfet de N’zérékoré. C’était au cours d’un point tenu vendredi dernier.

Pour les jeunes de la capitale de la région forestière, cette déclaration constitution une menace pour la paix et la stabilité de la ville. Dans un courrier adressé au gouverneur, ils ont donc demandé le départ du préfet dans les 72 heures qui suivent.

Ce jeudi donc, le gouverneur Mohamed Ismaël Traoré a décidé de rencontrer ces jeunes afin de trouver une solution pacifique. Le patron du gouvernorat de N’zérékoré a reconnu que le préfet avait tord avant de demander pardon.

« La situation qui prévaut aujourd’hui dans la ville de N’zérékoré est une situation très malheureuse. Parce que c’est suite à un propos malveillant que le préfet a proféré au cours d’un point de presse et qui a fait que les jeunes sont en débrayage. Pour les jeunes, les propos du préfet sont de nature à mettre l’équilibre social en péril et comme ils veulent la paix, ils sont venus vers nous en demandant le départ du préfet », a rappelé le gouverneur.

Et d’ajouter : « Après avoir écouté le porte-parole des jeunes et mes collègues qui étaient à mes côtés, j’ai compris qu’on était en faute. Il y a des termes quand vous le dites, vous jetez l’huile dans le feu. J’ai dit aux jeunes qu’ils ont raison et que nous allons demander pardon à la notabilité et nous allons leur dire que ce serait notre première et dernière façon de réagir de façon négative. Nous qui sommes les représentants de l’État, nous qui devons mettre tout en œuvre pour le respect de l’autorité de l’État, si nous sommes les premiers à lancer des propos pour créer des troubles dans notre juridiction, je crois que c’est quelque chose qu’il faut interdire et qu’il faut cesser de faire. »

Konaté