Face aux manquements constatés dans les médias ces derniers, la Haute Autorité de la Communication (HAC) a encore rappelé à l’ordre ce lundi, 21 février 2022.

Dans un communiqué, l’organe de régulation des médias guinéens regrette que dans la couverture des derniers développements de l’actualité sociopolitique du pays, « des organes de presse ignorent leurs responsabilités sociales et piétinent les règles éthiques et de déontologie »

Selon la HAC, ces manquements professionnels sont relevés dans les rapports quotidiens du service monitoring de l’institution notamment sur des questions d’ordre « ethnique, communautaire et d’incitation à la violence susceptibles de troubler l’ordre public et d’ébranler dangereusement la cohésion sociale ».

La Haute Autorité de la Communication rappelle que conformément à l’article 52 de la loi L2020/10/AN qu’elle peut lorsque les dispositions de la loi en matière de communication ne sont pas respectées, prendre des sanctions suivantes : avertissement, mise en demeure , suspension, interdiction.

A compter donc du lundi, 21 février 2022, la HAC précise que tout manquement constaté dans l’exercice du métier sera sévèrement sanctionné.

Ci-dessous, la copie du communiqué :