Parmi les 75 dossiers de « détournement » sous la main de l’Agent judiciaire de l’Etat, figure celui de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS). L’ancien directeur, Dr Sakoba Keita et le comptable sont accusés et poursuivis pour détournement, aprend-on, de 25 milliards de francs guinéens.

Chez nos confrères de l’émission « On Refait Le Monde » sur Djoma FM ce mardi, 14 décembre 2021, Dr Sakoba Keïta a indiqué avoir appris la nouvelle avec surprise.

« Il faut avouer que j’ai été très surpris parce que moi-même je suivais la télé. Quand il (l’Agent judiciaire de l’Etat NDLR) a parlé de l’ANSS, ça m’a beaucoup surpris », a-t-il fait savoir.

Poursuivant, il ajoute : « Ça m’a surpris parce que la procédure adopter, par voie de presse, je ne m’y attendais pas. Sinon j’avoue que j’ai reçu une lettre de convocation le 12 novembre à me présenter le 15 à l’Agent judiciaire de l’Etat. La lettre ne faisait pas mention du motif de la convocation. Le 15 novembre, je me suis présenté à l’heure indiquée et il m’a très bien reçu. Après, il m’a dit de mettre certaines pièces à la disposition de la commission de recouvrement. J’ai été aussi surpris parce que selon lui, nous avons effectué des décaissements au mois de septembre et début octobre qui ne sont pas justifiés et sans pièces. Après, nous avons tenus des réunions successives avec la commission de recouvrement à qui nous avons présenté, le comptable et moi, toutes les pièces. Nous avons fait la récapitulation de ce qu’on a trouvé sur les pièces et on nous a dit qu’on allait nous appeler pour signer le rapport final. Nous étions contents de la façon dont les choses se sont déroulées. C’est dans l’attente de la signature du rapport que j’ai suivi cette façon de me faire le feed-back qui m’a vraiment perturbé. »

L’épidémiologiste précise qu’il ne se reproche de rien. Et, en ce qui concerne le montant incriminé, il précise qu’il a été orienté au bon endroit. Pour lui, il fallait gérer les différentes catégories de personnel impliqués dans la riposte notamment les vaccinateurs, les agents de prise en charge, les médecins, les infirmiers, les techniciens de laboratoires, les agents de suivis des contacts, les investigateurs, les agents de saisie, les superviseurs…

« Lorsqu’on me dit que je ne dois pas payer des indemnités à ceux-ci, je ne me retrouve pas avec mon antécédent de gestionnaire des ripostes », précise Dr Sakoba tout ajoutant qu’il y avaient d’autres rubriques de dépenses qui rentre en ligne de compte. Il citera notamment les médicaments, l’oxygène pour les patients en réanimation, l’alimentation et la restauration des malades et des travailleurs, le carburant pour le groupe électrogène, l’approvisionnement en intrants dans les préfectures et l’achat des outils et cartes de vaccination.

Selon Dr Keita, l’un des rôles de l’ANSS c’est de recevoir les fonds et distribuer aux services d’exécution. Il dit se remettre à Dieu pour le triomphe de la vérité.

« La tache que j’ai mené est très complexe et je prie le bon Dieu que la vérité triomphe car dans cette affaire, je ne me reproche de rien. Je me sens satisfait pour avoir servi le peuple de Guinée à ma manière. Je ne mérite pas du tout le masque et le visage qu’on m’a collés. (…) Je reste très croyant et Dieu m’aidera à m’en sortir et la la vérité triomphera sur la passion et l’émotion », a conclu l’ancien directeur général de l’ANSS.