A une semaine de l’élection présidentielle en Guinée, le centre de recherche CERF-Guinée vient de publier le résultat de son enquête sur le comportement électoral et les enjeux de la présidentielle de 2020. Du 26 septembre au 07 octobre, le cabinet a donné la parole à des guinéens pour s’exprimer sur certaines préoccupations liées à cette élection. 

Cette étude montre, en effet, que 52 % de la population n’a pas confiance à l’administration électorale. 35 % plus ou moins et seulement 13 % de la population a totalement confiance à l’administration électorale (CENI, Cour Constitutionnelle, Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation). 
Quant à la connaissance des programmes des partis politiques en lice, le document précise qu’en région, « c’est seulement à Conakry, Labé et N’Zérékoré où la proportion de personnes ayant lu, vu ou entendu parler du contenu d’un programme de société est supérieur à la proportion de ceux qui n’ont pas connaissance des projets des partis politiques ». 
« À Conakry, un écart de 6 % entre ceux qui connaissent les projets des partis politiques et ceux qui ne connaissent pas (24,5 % de Oui et 18,3 % de Non). C’est le taux de connaissance des projets des partis politiques le plus élevé sur le plan national. Cela pourrait s’expliquer par la forte implantation des partis poli- tiques dans la capitale, mais aussi une forte présence des radios, télés et la facilité d’accès à inter- net », peut-on également lire dans ce rapport de 30 pages. 
Au cours de cette enquête, des guinéens se sont aussi exprimés sur le climat politique et les violences électorales. 
En effet, l’analyse des résultats sur le terrain montre que plus de 90 % de la population pense qu’il y a des risques d’affrontement avec ce processus électoral soit avant, pendant ou après le vote. 
« Dans les régions, le senti- ment de risque d’affrontement en période électorale se réparti comme suit : À Conakry, 88 %, à
Kindia 97 %, à Boké 84,9 %, à Mamou 92%, à Labé 91,8%, à Faranah jusqu’à 95,7%, à Kankan 87,5 % et à N’Zérékoré 91,2 % », révèle le rapport qui est à retrouver sur cerf@cerf-guinee.con.
Konaté