Le lancement des épreuves de l’examen du Baccalauréat session 2021 a eu effectivement lieu ce jeudi 22 juillet 2021 au même moment (9heures) sur toute l’étendue du territoire national avec à la clé des sujets conformes aux programmes d’enseignement, la présence massive et effective des candidats ,surveillants , délégués, superviseurs ,et autorités locales. Ce qui du coup laisse transparaître l’idée d’un climat de solennité et de sérénité gage d’une assurance en des examens nationaux crédibles à mi-chemin.

Cependant il faut signaler que malgré ce climat de sérénité qui caractérise cette première journée à valeur de test pour le Ministère de l’éducation nationale, quelques velléités de fraudes et tentatives de fraudes ont été perceptibles par endroits :

1-Utilisation de documents ou matériels non autorisés lors des épreuves ( téléphones portables , montres connectées
2- Recrutement d’enseignants par endroit dans chaque matière en composition qui traitent des sujets et les balancent aux candidats aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays par WhatsApp , télégramme , un système très élaboré avec cryptage pour éviter tout risque de traçage ou d’interception. Certains parents d’élèves et même des fondateurs solliciteraient les services de ces réseaux.
3- Des substitutions d’identités de surveillants lors du déroulement des épreuves, orchestrées par certains responsables d’écoles dans les centres où se trouvent leurs candidats à l’effet d’appuyer ces derniers.
4- Achats de conscience de certains surveillants par des sommes sonnantes et trébuchantes et qui au lieu de surveiller les candidats surveillent plutôt les délégués.
5- Certains délégués ne sont pas aussi exempts de reproches même s’ils font souvent semblant d’être rigoureux à la vue d’une mission de supervision.

Il faut rappeler que l’utilisation des détecteurs de métaux a été d’un apport efficient dans beaucoup de centres d’examens où les élèves ont été depossedés d’un stock important de téléphones lors de la fouille systématique avant d’accéder à leur salle respective. Mais d’autres élèves sont parvenus a utiliser d’autres stratégies de contournement des détecteurs de métaux pour entrer avec des téléphones.

Mais ces dysfonctionnements ne sont pas de nature à remettre en cause la transparence, la sincérité et la crédibilité de toute les étapes du processus de passation des épreuves de l’examen du Baccalauréat. Et on espère qu’ils seront vite corrigés par les autorités compétentes pour le bien de notre système éducatif.

Aux enseignants qui font aujourd’hui offices de surveillants, l’heure est à la reconversion des mentalités pour accompagner nos autorités dans la promotion d’une école d’excellence . On ne peut pas enseigner nos élèves pendant neuf( 09) mois et venir composer à leur place.

Aux parents d’élèves, complices de la fraude de leurs enfants, nous les invitons à plus de responsabilité. Ils n’aiment pas leurs enfants. Ils les trompent. Car, le meilleur héritage qu’il peuvent léguer à leurs enfants demeure incontestablement une bonne éducation.
Aux autorités du Ministère de l’éducation nationale, nous les invitons à plus de fermeté dans l’application des mesures disciplinaires dissuasives et répressives , de sincérité et d’objectivité dans la remontée des informations sur le terrain.

Michel Pépé Balamou, Secrétaire Général du SNE