Dans l’entretien qu’il a accordé au magazine « Jeune Afrique » et publié ce vendredi 20 novembre 2020, le président français Emmanuel Macron s’est également prononcé sur la vie de la démocratie en Afrique.

Selon lui, il y a un renouvellement des générations dans tous les domaines de la vie sauf en politique.

« Il y a un renouvellement dans tous les champs de la vie civile sur le continent : sport, culture, économie… Là où il y a un échec relatif du renouvellement des générations, c’est en politique », a-t-il fait savoir.

Il faut rassurer les dirigeants en leur expliquant ce qu’ils deviendront quand ils ne seront plus au pouvoir

A la question de savoir est-ce un problème d’âge ou de longévité au pouvoir ? Le dirigeant français répond : « Il y a d’abord des habitudes qu’il faut changer. C’est pour ça qu’il faut des role models : l’Éthiopien Abiy Ahmed en est un, le Ghanéen Nana Akufo-Addo aussi. C’est important de montrer que l’on peut avoir moins de 65 ans et devenir président. Ou que l’on peut quitter le pouvoir sans problème, comme le Nigérien Mahamadou Issoufou. »

Pour éviter que des chefs d’Etat s’accrochent au pouvoir, Macron pensent qu’il faut les rassurer sur leur statut après le pouvoir.

« Le point clé, derrière tout cela, c’est le statut des anciens présidents. L’un des chantiers que l’UA doit régler, c’est de rassurer les dirigeants en leur expliquant ce qu’ils deviendront quand ils ne seront plus au pouvoir. Beaucoup de ceux qui s’y attardent éprouvent au fond une espèce de peur panique à l’idée de ne plus pouvoir rester dans leur pays, de ne plus avoir de statut ou à l’idée qu’eux ou leur famille aient des ennuis judiciaires », a déclaré le patrón de l’Elysée.

Konaté