Invité ce mercredi 30 septembre 2019 chez nos confrères de radio Espace, le ministre d’État, ministre de l’assainissement et de l’hydraulique s’est prononcé sur le débat en cours concernant l’adoption ou non d’une nouvelle constitution en Guinée et qui pourrait aboutir à un troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Et sur la question, El hadj Papa Koly Kourouma rappelle que c’est l’opposition qui fait la promotion d’un troisième mandat.

« Quand on était encore dans l’opposition, j’ai attiré l’attention de mes paires quand ils ont commencé à faire la promotion de ce troisième mandat, j’ai dit que c’était une erreur. (…) Ce sont eux qui ont commencé à parler de troisième mandat alors que le Président Alpha Condé ne s’est jamais prononcé sur un quelconque troisième mandat. Et à la date d’aujourd’hui, plus personne ne parle de troisième mandat, nous parlons de doter la Guinée d’une nouvelle constitution », a-t-il indiqué.

Poursuivant, El hadj le président du parti GRUP n’a pas hésité de qualifier l’actuelle constitution de « chiffon ».

« La constitution qui est là, j’ai largement eu le temps de m’exprimer dessus, ce n’est pas une constitution. C’est un chiffon », a martelé le ministre Koly Kourouma.

Et de s’expliquer : « A l’avènement du CNDD, on a suspendu la constitution. Lorsque les acteurs se sont retrouvés à Ouagadougou, ils ont pensé qu’il fallait adopter une nouvelle constitution juste pour barrer le chemin au CNDD (la junte qui a pris le pouvoir à la mort de Lansana Conté). Nous qui étions là à l’époque, avions estimé et pensé qu’il était plus facile de lever la suspension de la constitution qui a été adoptée par le peuple que de se mettre à vouloir faire une constitution qui ne répondra pas aux aspirations du peuple et faire entériner par celui à qui l’on veut barrer le chemin. C’est ce qui a été fait. Et mieux, les acteurs se sont entendus que celui qui sera au pouvoir, aura l’obligation de faire adopter la constitution par le peuple. Ce délai n’a pas été respecté. On n’a tout bafoué… »

Konaté