Les femmes de N’zérékoré ne veulent pas que les directions préfectorales et régionales de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfant soient dirigées par des hommes. Elles l’ont fait savoir samedi 16 novembre 2019, à travers leur porte-parole, à l’occasion de l’arrivée du président de la République.

En marge de la réception du chef de l’Etat le week-end dernier, Thérèse Tofany, porte-parole des femmes de N’zérékoré a fait des doléances auprès du président Alpha Condé. Elle a exprimé le souhait de voir des femmes à la tête des directions régionales et préfectorales de la promotion féminine et de l’enfance.

« Dans le cadre de leur autonomisation, les femmes de N’zérékoré souhaitent obtenir de nouveaux avantages à savoir : la nomination des femmes à la tête de la direction préfectorale et régionale de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance à la place des hommes, pour permettre une meilleure organisation des activités du 08 mars ; l’application correcte des lois liées au respect du genre dans le cadre des nominations aux postes administratifs et aux désignations aux postes électifs en compétence égale ; octroyer un centre multifonctionnel pour la promotion de la femme et sa formation à la transformation des produits locaux et l’augmentation significatives du capital de la MUFA pour une meilleure distribution des prêts », a-t-elle demandé.

Reste à savoir si le chef de l’État qui n’a pas fait cas de cette doléance dans son discours va-t-il finalement en prendre compte ? Wait and see…

Mamady Camara