Au lendemain des heurts qui ont opposé lundi, des militants du RPG arc-en-ciel et ceux de l’UFDG, les autorités de N’zérékoré ont convoqué ce mardi 20 octobre une rencontre qui a regroupé les responsables de partis politiques, des représentants des communautés ainsi que des journalistes.

Dans son intervention, le préfet a vigoureusement condamné les mouvements de rue lundi après la déclaration du candidat de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo qui s’est autoproclamé vainqueur de la présidentielle du 18 octobre. Sâa Yola Tolno rappellera en outre qu’il y a une loi qui réglemente les manifestations sur la voie publique. Et mieux, dira t’il, il y a une institution qui est habilitée à proclamer les résultats des élections.

« N’zérékoré est une ville très sensible et il faut éviter les affrontements. J’appelle les différents partis politiques à la retenue parce les réalités à N’zérékoré et ailleurs sont différentes. Dès qu’un problème se pose, ça prend autre tournure et ça nous amène à l’irréparable. Si on avait pas pris des dispositions hier en déployant les forces de sécurité, les dégâts seraient énormes. Ne soyez pas des problèmes, mais plutôt des solutions pour N’zérékoré », a-t-il déclaré.

Et au maire de la commune urbaine, Moriba Albert Delamou de renchérir : « Si les forces de l’ordre n’étaient pas sorties, les dégâts seraient incalculables. Dans des évènements comme ça, il y a des bandits qui infiltrent. Donc, faisons attention. Le jour que la CENI déclarera la victoire d’un candidat, si ses militants veulent, on peut leurs accorder même une semaine de manifestation. Faisons en sorte que nous puissions entretenir le calme précaire qui est là pour que nous puissions tous en profiter ».

Il faut rappeler que lundi, de violents affrontements ont éclaté dans plusieurs endroits de la ville, entre militants du RPG arc-en-ciel et de l’UFDG. Des biens privés ont été endommagés et plusieurs boutiques vandalisées.

Konaté