Après les étapes de Kissidougou, Guéckédou, Macenta, Lola, Yomou et Beyla, Search For Common Ground a entamé ce vendredi 27 novembre 2020, la formation des 35 membres des synergies locales des acteurs de paix de N’zérékoré sur le référentiel et le guide de plaidoyer sensible aux conflits et droit de l’Homme. Cette initiative s’inscirt dans le cadre du projet d’appui aux infrastructures sociale de paix en Guinée forestière, pilotée en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’appui financier du Fond de Consolidation de la Paix (PBF).

Cette session de formation qui se tient à la bibliothèque préfectorale s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Prévention des Conflits et de Renforcement de la Citoyenneté (SNPCS – RC) adoptée, le 25 avril 2019, par le Gouvernement guinéen. L’objectif principal est de former les acteurs de paix (membres des SYCAP, SYPAP et SYRAP) sur le rôle des synergies locales des acteurs de paix et sur le guide plaidoyer sensible aux conflits et aux droits de l’homme et renforcer la visibilité des activités du projet.

« Chers participants, sous le leadership du ministère de la citoyenneté et de l’unité nationale, la mise en œuvre de ce projet qui va durer 24 mois contribuera au renforcement des infrastructures sociales de paix que vous représentez dans votre mission de prévention des conflits et de promotion de la cohésion sociale en Guinée forestière. Surtout en période électorale. Ce projet va également soutenir une implication active et structurée des leaders locaux, des jeunes et des femmes à travers les synergies des acteurs de paix dans la prévention des conflits au niveau local afin de réduire les risques d’instrumentalisation des communautés et des jeunes par des acteurs politiques tout en renforçant leur résilience aux conflits. Il permet aussi, l’expérimentation de la mise en place de l’architecture nationale de paix en République de Guinée », a rappelé Labila Noramou, chef de projet à Search For Common Ground.

Poursuivant, il estime que les diverses formes de menaces observées dans la sous-région et particulièrement en Guinée, interpellent les différents acteurs à engager ensemble des actions appropriées pour prévenir la survenue des conflits.

« C’est pourquoi, il est impérieux et nécessaire d’aborder les questions de prévention, de gestion des conflits et de consolidation de paix avec l’objectivité et la sérénité requise pour y répondre de manière constructive. Et face à cette situation préoccupante, nous avons tous la responsabilité d’agir pour la promotion quotidienne de la paix et de la cohésion sociale, préalables indispensables à tout développement durable », a-t-il ajouté avant de remercier les partenaires et inviter les participants à contribuer activement aux travaux.

De son côté, le préfet de N’zérékoré a vivement remercié les initiateurs qui, selon lui, sont en train de faire un travail de fonds pour « l’instauration d’une paix définitive » dans la préfecture de N’zérékoré et de façon générale dans la région forestière.

« La problématique de la paix en Guinée forestière et plus particulièrement à N’zérékoré se pose avec acuité. Depuis 1991, la région de N’zérékoré a commencé à vivre des soubresauts entraînant des troubles sociaux graves qui ont occasionné des blessés graves, des destructions de biens matériels, d’édifices publics et privés, des lieux de culte et même des pertes en vies humaines. A chaque deux ans au minimum, nous vivons ces genres de choses », a regretté le préfet Sâa Yola Tolno avant de revenir sur les causes des conflits récurrents dans la préfecture.

Pour terminer, il a invité les uns et les autres à œuvrer non pas pour une paix durable, mais plutôt pour une paix définitive.
Il faut rappeler qu’au terme de ce projet, les Synergies locales des acteurs de paix disposeront d’outils harmonisés et appropriés, ainsi, leurs capacités en prévention, gestion pacifique des conflits et en technique de plaidoyer seront renforcées.