Il y a quelques jours, Kibaro224.com s’interrogeait sur la destination des deux-cent-milles (212 000) dollars décaissés par l’ancienne équipe de la Fédération Guinéenne de Football (FGF) pour le projet d’académie de la FIFA à N’Zérékoré. Un montant sorti des caisses de la fédération selon nos sources au Comité de Normalisation (CONOR) mais dont les traces sont inexistantes sur le terrain (N’Zérékoré). Ni l’ancienne équipe de la fédération notamment le secrétaire général Maurice Akoï Koïvogui, ni le président de la Ligue de Football de N’Zérékoré Moriba Albert Délamou, ne souhaitent s’exprimer sur le dossier.

Mais dans le but d’éclairer nos lecteurs, nous continuons à mener nos investigations avec quelques informations très sûres.

D’abord, il faut dire que la villa située au quartier Nakoyakpala (N’Zérékoré) qui doit abriter cette académie est bien une propriété du président de la Ligue et maire de la commune urbaine. Selon des sources à la Ligue régionale de Football, il n’y a eu aucun appel d’offre. Moriba Albert Délamou aurait profiter de sa position pour faire passer le dossier de sa villa en écartant un certain Moïse Haba dont la villa était plus commode et respectait mieux les critères.

« Il n’y avait rien à Nakoyakpala qui pouvait nous amener à aller là-bas. Nous les membres de la Ligue, avions suggéré d’aller ailleurs. Certains ont dit d’aller vers Nyen Sokoura (terrain des réfugiés) et d’autres ont proposé d’aller dans la sous-préfecture de Samoé. Mais comme il tenait à ce qu’on prenne son bâtiment, il a écarté toutes les propositions pour choisir sa villa », a indiqué une source proche du dossier. Pour lui donc, il y a conflit d’intérêt.

Pour la location de cette villa, la fédération versait chaque fin de mois, un montant de dix-millions francs guinéens (10000000GNF) à M. Délamou. Pourtant, la location d’une villa plus luxueuse dans un quartier comme Commercial (le quartier le plus convoité de N’Zérékoré) ne dépasse pas deux (2) millions de francs guinéens. Ça sous-entend donc qu’il y a eu surfacturation.

« C’est une réalité. Mais là où il (le président de la Ligue NDLR) a été naïf, c’est son nom qui figure sur le contrat de location. Ça confirme donc la thèse de conflit d’intérêt et il peut perdre son poste rien que pour ça », fait savoir notre source.

Autre fait qui ne plaide pas en faveur du président de la Ligue et maire de N’zérékoré, c’est d’avoir pris de l’argent pour l’aménagement du site qui devrait servir de terrain d’entraînement de l’académie et transformer aujourd’hui en marché.

« Le domaine qu’il a proposé pour que la fédération aménage pour servir de terrain, l’argent est venu et il a fait croire qu’il a trouvé une entreprise pour les travaux. Mais en réalité, c’est une entreprise imaginaire. En tout cas, aucun membre de la Ligue ne connaît cette entreprise. Aujourd’hui, le terrain là sert de marché. Tout ce que la fédération a fait ou envoyé, c’était avec le président de la Ligue. Personne n’a été associée. La Ligue ne connaît rien dans ce problème d’argent et vous les journalistes vous devez faire la différence des choses . En matière de crime économique, la responsabilité est individuelle », apprend-on dans l’entourage du président de la Ligue.

Le président de la Ligue aurait cette fois-ci profité de son statut de maire pour mettre le site à la disposition des vendeuses parmi lesquelles certaines devraient payer cinq-cent-milles (500 000) GNF pour s’y installer.

Suite donc à la publication de la première partie de notre enquête, des personnes anonymes seraient passées voir ces femmes pour les alerter sur l’appartenance du terrain, à la base destiné à l’académie de football et leur expliquer qu’il y a un problème derrière. Qui sont ces personnes ? Qui les a envoyées ? Difficile de répondre à la question. Ce qui reste clair, les femmes ont déjà commencé à libérer le site.

Pendant ce temps, la question principale sur la destination réelle du reste des deux-cent-douze-milles (212 000) dollars soit plus de 1 millard 900 millions de francs guinéens se pose. Au niveau de la Ligue régionale, le secrétaire général et la trésorière disent n’être au courant de rien. Il revient donc au Comité de Normalisation (CONOR) de faire toute la lumière sur ce dossier.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons que l’équipe d’inspection de la FIFA arrive ce vendredi, 18 février 2022 à Conakry. Dans la mission, il y a également des émissaires des pays qui ont bénéficié du même projet et qui se sont illustrés positivement. Il est prévu de revisiter le centre technique de Nongo, l’académie de Kindia et éventuellement celle de N’Zérékoré.

Mamady 2 Camara