La coordination régionale du FNDC-N’Zérékoré s’indigne face à l’arrestation de deux (2) de ses membres, jeudi 27 février à N’Zérékoré. Au cours d’un meeting tenu dimanche 01 mars 2020 à cet effet, le vice-coordinateur régional du front a indiqué que cette arrestation colle aux propos tenus récemment par le préfet.

L’arrestation d’Aliou Barry et d’Ibrahima Bah continue de susciter des réactions au sein du FNDC-N’Zérékoré. Dans une déclaration ce dimanche, les responsables locaux du Front National pour la défense de la constitution ont vivement dénoncé cet acte.

« Le bureau régional du FNDC est hautement indigné et accablé face à l’arrestation, la séquestration, la torture et autres traitements inhumaines des sieurs Ibrahim Bah et Aliou Barry. Ces deux personnes ont été arrêtées jeudi 27 février 2020 au grand marché de N’zérékoré et se trouvent aujourd’hui dans une destination inconnue. Ce comportement des autorités de N’zérékoré vient encore confirmer que notre pays se trouve dans une situation inquiétante », a déclaré Cécé Théa vice-coordinateur du FNDC-N’Zérékoré.

Pour lui, cette attitude est une mise en application des propos tenus récemment par le préfet. Il exige donc la libération immédiate de ces deux membres du FNDC.

« D’ailleurs, cela démontre aisément que les propos du préfet ne sont pas un simple discours, mais une pratique sur le terrain. Pourtant, le contexte démocratique demande une compétitivité et le cadre juridique de la Guinée prévoit qu’aucune personne ne doit être arrêtée, détenue ou condamnée qu’en vertu d’une loi. Le FNDC condamne vivement l’enlèvement des citoyens et exige le relâchement sans condition d’Aliou Barry et d’Ibrahima Bah. Il demande aux autorités d’ouvrir des enquêtes pour arrêter et punir les auteurs de cet enlèvement et exige à la justice de rétablir ses citoyens dans leur droit », a-t-il ajouté.

Mamady 2 Camara