La question de la nécessité d’une nouvelle constitution était jeudi 27 juin 2019, au centre d’une conférence dite scientifique à l’Université de N’Zérékoré. Cette conférence était animée par des enseignants-chercheurs venus de l’Université Général Lansana Conté de Conakry, a constaté la rédaction locale de Kibaro224.com.

C’est la salle de conférence de la dite Université qui a servi de cadre à cette rencontre. Dans sa communication, le conférencier a tenter de convaincre les étudiants et les enseignants sur la nécessité de changer la constitution actuelle.

« La revision est bien possible parce que ce n’est pas un livre saint. Mais aussi parce que la constitution actuelle ne répond plus aux besoins des guinéens. Elle comporte des incohérences. Le nombre des institutions républicaines est trop élevé, ce qui porte un coup à l’économie du pays », a expliqué Michel Jeannette Tolno.

Pour lui, la perspective est d’aller vers une nouvelle constitution dont l’impacte sera au profit du développement de la nation. D’où le choix du milieu universitaire pour équilibrer le débats.

Au sortir de la salle, certains assistants nous ont livré leurs sentiments.

« Je pense que l’initiative est bonne. Parce que ça va nous permettre de comprendre c’est quoi la constitution et et quel peut être l’avantage d’un changement constitutionnel », a estime un enseignant.

A cette étudiante d’ajouter: « Apprendre qu’il faut modifier ou changer la constitution, ça crée de la polémique. Mais à partir de cette conférence on a compris pourquoi il faut modifier cette constitution. »

A près l’étape de N’Zérékoré, cette mission se rendra à Mamou pour échanger avec les étudiants et enseignants-chercheurs de ce côté. Reste à savoir si cela suffira pour mettre tout le monde d’accord.

Mamady Camara