La marche programmée ce lundi 13 janvier par l’antenne locale du front national pour la défense de la constitution (FNDC) à N’zérékoré, a été finalement tuée dans l’œuf.

Très tôt ce matin, des pick-ups de la police et de la gendarmerie ont été stationnés au carrefour Komou (lieu qui était indiqué comme le point de départ de la manifestation), mais aussi dans certains lieux stratégiques. Des jeunes qui ont tenté de se regrouper dans les quartiers Gonia et Mohomou ont été également dispersés par coups de gaz lacrymogène.

Pendant ce temps, dans la ville, c’est la peur et l’inquiétude. Plusieurs boutiques et magasins restent fermés et la circulation un peu timide.

Dans un communiqué diffusé dimanche soir sur les ondes de certaines radios de la place, le préfet Sory Sanoh avait indiqué qu’un accord d’annulation de ladite marche avait été trouvé grâce à la médiation des sages. Une information qui a été démentie plus tard par des leaders du FNDC.

Pour l’instant, c’est le calme en ville et aucun incident n’est signalé.

La rédaction