Les leaders de l’antenne régionale du FNDC de N’Zérékoré peuvent désormais sortir de leur cachette. La réquisition qui était lancée contre eux au lendemain des violences électorales du 22 mars par le parquet du tribunal de première instance vient d’être levée. Pour Me Théodore Loua un de leurs avocats, cet acte était une violation des lois.

Depuis les affrontements, des 22 et 23 mars derniers, la plupart des leaders du FNDC de N’Zérékoré vivent en cavale. Faute à une réquisition lancée par le procureur du tribunal première instance contre eux. Un acte jugé contraire aux dispositions du code de procédure pénale par leurs avocats qui n’ont pas cessé de le dénoncer.

« C’est une violation manifeste du code de procédure pénale qui stipule dans son article 9 que l’ors qu’un fait est constaté, il appartient aux juges d’instruction d’émettre des mandats d’arrêt pour quelconque arrestation. Mais malgré la saisine des juges d’instruction, le procureur s’est permis de prendre un acte par lequel des gendarmes ont arrêté certaines personnes en force », déplore Me Michel Théodore Loua.

Cette réquisition vient d’être retirée à travers, une ordonnance émise par les juges d’instruction indique l’avocat.

Cependant il précise que ce retrait de cet acte n’exempte pas ces personnes de toute poursuite judiciaire.

« Ces personnes peuvent revenir, mais cela ne veux pas qu’elles ne puissent pas être poursuivies. Elles peuvent être interpellées à tout moment, mais dans le respect des principes, prévient-t il.

Il faut rappeler que certains membres de l’antenne locale du FNDC dont le coordinateur régional de l’UFR, Cécé Loua ont été arrêtées et croupissent actuellement à la maison centrale de Kankan.

Mamady 2 Camara