La citoyenneté, la communication pacifique et la médiation, ces notions étaient récemment au centre de deux ateliers de formation qui ont regroupé une soixantaine de responsables des organisations de taxi-moto de N’Zérékoré. Ces deux ateliers qui se sont tenus simultanément a N’Zérékoré sont une initiative de l’ONG Association Trait-d’Union des Jeunes de Guinée (ATUJG). Elle s’inscrit dans le cadre du projet d’appui à la réduction de l’instrumentalisation et des violences politico-sociales des jeunes taxi-motards en période électorale.

Cet atelier qui s’est déroulé dans la salle polyvalente du CFP, est une suite logique des activités réalisées dans le cadre du projet d’appui à la réduction de l’instrumentalisation sociopolitique des jeunes taxi-motards en période électorale. Selon Aly Diabaté, coordinateur assistant de l’ONG ATUJG, cette formation vise à faire des conducteurs de taxi-moto, des bons citoyens qui communiquent sans violences et font la médiation en cas de conflits. Bref, elle vise à les amener à s’investir dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix.

« Cette formation s’inscrit dans le cadre d’un projet intitulé, « Projet d’Appui à la Réduction de l’Instrumentalisation Politico-sociale des Jeunes Taxi-motards en période électorale. Donc après avoir formé les conducteurs de taxi-moto sur la consolidation de la paix, nous avons compris qu’il fallait accompagner par les notions de citoyenneté, de communication non-violente et la médiation, parce qu’ils sont les plus mobiles dans les communes urbaines. Donc s’il sont formés aux notions de civisme, ils communiquent sans violences et font des médiations, ils pourront gérer plusieurs conflits à leur naissance. Et ça va aboutir à la consolidation de la paix », a expliqué l’assistant coordinateur de l’ATUJG.

Durant quatre jours, plusieurs modules axés sur ces trois points ont été enseignés par les facilitateurs.

Au terme des activités, les participants n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction tout en s’engageant à restituer le contenu à d’autre couches sociales.

« Au cours de cet ateliers, les facilitateurs ont utilisé des techniques appropriées pour nous faire comprendre les notions du civisme, la non-violence, et la médiation. Nous avons aussi compris que c’est la méconnaissance de ces notions qui est à la base des violence dans notre commune. Et nous nous engageons à transmettre ces message reçus ici à toutes les couches sociales », a déclaré Tamba Jean Pierre Tolno, porte-parole des participants.

Pour sa part, le secrétaire général de la commune urbaine de N’Zérékoré a salué l’initiative et remercié tous les partenaires qui œuvrent dans le cadre de la consolidation de la paix .

« Nous sommes très contents des activités qui sont menées par les partenaires. Nous étions ensemble au lancement de ce projet et nous avons participé aux foras. Déjà nous commençons à avoir les résultats de ces activités. La preuve est que la dernière élection qui vient de se passer est l’une rares fois où il n’y a pas eu de mort à N’Zérékoré. Donc nous remecions le système des Nations-Unies à travers ses agences qui pilotent ce projet », s’est réjouit Sâa Dimio, sécrétaire général de la commune urbaine de N’Zérékoré .

Le projet d’Appui à la Réduction de l’Instrumentalisation et des Violences Politico-sociales des Jeunes Taxi-motards en Période Électorale est une initiative du gouvernement guinéen piloté par trois agences de L’ONU à savoir: l’UNFPA, l’OIM et le PNUD. Et il est financé par le Fond de Consolidation de la Paix.

Mamady 2 Camara