A Kolakpata dans la sous-préfecture de Soulata, préfecture de N’Zérékoré,  un conflit oppose la communauté de l’église pentecôte aux habitants de la localité. Selon nos informations, les populations qui pensent que la présence de cette église est à la base de certains malheurs qui arrivent au village, se sont attaquées aux fidèles et saccagé leur lieu de culte et leurs habitations. Ces derniers  ont même dû fuir pour sauver leur vie. Désormais l’affaire est au niveau du tribunal de première instance de N’Zérékoré.

C’est une affaire qui fait du bruit depuis quelques jours dans la préfecture de N’Zérékoré. Les habitants de Kolakpata qui sont hostiles à la présence de l’église pentecôte dans leur localité se sont attaquées aux fidèles de cette église et saccagé ce lieu de culte. L’incident est survenu au moment où ces fidèles étaient en pleine réunion.

« On n’était en réunion, ce n’était même pas dans l’église proprement dite. On est resté, vers 09h30, on a vu des gens venir, menus des armes blanches ( machettes, couteaux, gourdins…). On a dû sauter par les fenêtres pour nous sauver la vie. On a marché en brousse pour atteindre la route de Gouecké. C’est là-bas qu’on a vu un motard qui nous a transportés un à un à Gouecké.  Et quand ils (les habitants de kolakpata Ndlr) se sont rendus compte que ce motard nous a aidés, ils lui ont interdit aussi de mettre les pieds au village », a relaté Georges Chist Bernard Haba, pasteur de l’église pentecôte Éden de Kolapkata.

A défaut d’attraper les fidèles, ils ont mis l’église à sac, brûler des magasins, des motels et des habitations des fidèles. Plus d’une dizaines de maisons ont été brûlées dont une centaine de personnes chassées selon nos informations.

La pharmacie de Moriba Goumou a été attaquée et brûlée.

 » je suis resté assi dans ma pharmacie et j’ai vu des gens fuir après l’attaque de l’église. C’est ainsi que moi aussi j’ai décidé de partir. Et quand j’ai quitté seulement, ils sont venus attaquer ma pharmacie, prendre ce qu’ils pouvaient et brûler le reste » a-t-il expliqué.

Saisies de la situation, les autorités chrétiennes de N’Zérékoré ont décidé de porter le problème devant la justice.

« C’est un problème pénal, il fallait qu’on saisisse la justice. Donc, on a informé la gendarmerie qui a aussitôt réagit. Aujourd’hui, l’affaire est au niveau du procureur qui s’est engagé à faire la lumière une fois pour toute. On était dans son bureau ce matin ( lundi 31 janvier 2022), il nous a rassurés », a déclaré Pasteur Franco, coordinateur préfectoral de l’alliance des églises et missions évangéliques de Guinée (AEMEG).

Il invite donc les personnes affectées à rester calmes et faire confiance en la justice.

Mamady 2 Camara