Certains responsables d’organisations de la société civile de N’zérékoré sont favorables à la dissolution des conseils communaux et leur remplacement par des délégations spéciales. C’est le cas du président du conseil préfectoral des organisations de la société civile, Mathieu Manamou qui pense qu’au-delà des gouverneurs et préfets, les maires et leurs équipes doivent être remplacés.

« Le CNRD doit aller au bout de sa démarche. Parce que ces conseils communaux sont des prolongements de l’administration », dit-il.

Même son de cloche chez Adrien Cherif, coordinateur régional de l’ONG Mêmes Droits pour Tous (MDT) qui salut les actes posés par le CNRD depuis le coup d’Etat du 05 septembre. Il pense que cette décision doit être élargie aux maires des différentes communes.

« Nous savons comment ils sont venus. On me dira sur la base des élections, mais quel genre d’élection ? Comme il y aura des réformes, nous devons revoir même le code électoral surtout par rapport au mode électoral qui n’est pas conforme à la Guinée. C’est une trahison de la population. On affiche quelqu’un et après on désigne une autre personne pour être maire », a-t-il déclaré.

Pour le défenseur des droits humains et activistes de la société civile, il faut mettre sur place une délégation spéciale mais pas comme à l’ancienne.

« Ce ne sont pas les partis politiques qui doivent être à la tête, mais plutôt la société civile », propose Adrien Cherif.

Poursuivant, il demande à la communauté internationale et à l’opinion nationale de donner du temps à la junte pour redresser le pays.

« Là où nous sommes aujourd’hui, seule la junte peut poser des jalons parce qu’elle n’a pas un intérêt politique derrière. Elle ne se dit pas si je pose tel acte je vais perdre mon électorat. Donc, elle peut poser des actes sans arrière-pensées et on ne peut pas faire des omelettes sans casser d’œufs. Et le fait de geler les comptes des anciens dignitaires du régime n’est pas une chasse aux sorcières. En principe, c’est légal parce que lorsqu’ils prennent fonction, ils doivent présenter les biens et lorsqu’ils quittent ça doit être la même chose. Le CNRD doit aussi mettre en tête qu’il est venu pour balayer et non pour s’éterniser », a-t-il précisé.

Facely Konaté