Les services de défense et de sécurité viennent de mettre main sur plusieurs jeunes Burkinabés et Guinéens, dans la commune urbaine de N’zérékoré et dans la sous-préfecture de Nionssomoridou, préfecture de Beyla, a appris Kibaro224.com.

A N’zérékoré, capitale de la région forestière, c’est la psychose après la découverte dimanche 27 octobre 2019, de 50 personnes de nationalités Burkinabé et Guinéenne. Elles ont toutes été présentées ce lundi 28 octobre 2019 à la presse.

Dans la commune urbaine de N’zérékoré, ce sont au total 32 jeunes dont la plupart se réclamant de QNET et des Guinéens qui ont été arrêtés dans une villa à Horoya, un quartier périphérique.

L’autre groupe de jeunes au nombre de 18, tous des Burkinabés, ont été arrêtés à Söndou dans la sous-préfecture de Nionssomoridou, préfecture de Beyla. Ils disent être à la recherche de l’or.

Sur les circonstances de leurs arrestations, le Colonel Douramoudou Ibrahima Keita, Commandant par intérim du camp d’infanterie de Beyla précise : « Ces jeunes ont été arrêtés dans un petit village appelé Söndou, situé à 15 kilomètres de la préfecture de Beyla. Ils ont été découverts par un PA [Poste Armé] mixte qui est installé de ce côté, ils se font passer pour des orpailleurs alors qu’au fond, ce n’est pas ça. Il y a certains qui avaient même des pare-balles. On ne peut pas venir chercher de l’or avec des munitions. »

Ces jeunes sont en ce moment détenus au commissariat central de police et à l’escadron de la gendarmerie mobile de N’zérékoré.

Nous y reviendrons !

Konaté