Le kidnapping, c’est cette forme d’insécurité qui commence à gagner du terrain à N’Zérékoré. En l’espace d’un mois seulement, ce sont six personnes dont une femme enceinte qui sont kidnappées. Leurs ravisseurs demandent des rançons pour leur libération. Face à cette situation, la police s’inquiète et invite la population à la vigilance.

C’est un fait nouveau dans la préfecture de N’Zérékoré, les enlèvements des personnes notamment des jeunes filles et les femmes. Ce phénomène prend de l’ampleur ces derniers temps dans cette préfecture. Le dernier cas en date est celui d’une jeune fille de 12ème année, la semaine dernière.

« Il y a une fille qui a été enlevée avant-hier (samedi 05 octobre 2019) du nom de Djénéba Camara, élève de la 12ème année. Ses parents ont même parlé avec les kidnappeurs. Et elle serait détenue dans un enclos loin des habitations avec d’autres otages par les ravisseurs », a expliqué Sekou Koïvogui, directeur régional de la police.

À l’en croire, c’est le sixième cas d’enlèvement en l’espace d’un mois. Les ravisseurs exigeraient des rançons pour la libération des otages.


« Deux femmes avaient aussi été enlevées, une femme enceinte et sa jeune sœur dans la même zone de N’Zérékoré. Bien avant ça, certains membres de la famille du commandant de la CMIS avaient été arrêtés. Il s’agit de trois personne. Ce qui fait 6 personnes arrêtées en un mois. C’est inquiétant », a-t-il lancé.

Pour le cas de Djénéba Camara, enlevée le week-end dernier, les ravisseurs demandent trois millions de francs guinéens. Du côté des parents, l’on se dit inquiets pour cette fille qui est exposée à des risques de torture ou de viol.

Pour l’heure, aucune information sur l’identité de ces kidnappeurs. En attendant, le directeur régional de la police, invite la population à vigilance.

Mamady Camara