Malgré les alertes récurrentes  du président de la république, le Professeur ALPHA CONDE, les ministres confirmés n’ont pas pu se départir de leur seconde nature. Comme pour dire que  les habitudes ont la peau dure. 
Les visites inopinées du premier magistrat, ont toujours révélé  des failles dans les départements ministériels. L’inassiduité et la crise de ponctualité des agents de l’État sont sans commentaires.
 

Mouiller le maillos n’avait qu’un seul et unique objectif, celui de se maintenir aux postes et non de servir  loyalement et sincèrement le peuple  qui demeure l’éternel trompé.
Le président de la république  n’est-il pas devenu ce grand père dont les paroles et décisions ne sont que des balivernes aux yeux de ses petits enfants?
Les techniques longues en observation n’ont de place que dans des études scientifiques. Il faut cependant admettre que dans le processus du développement d’un pays,  nul ne puisse se sentir indispensable. Le fait de prendre les décisions sur la base des preuves tangibles, les appliquées et les assumées, débarrassent l’État des fripouilles.
Malheureusement, même un semblant de sanction n’a été prise contre aucune incartade. Faudrait-il en déduire que les perpétuelles sanctions de menaces proférées par Apha CONDÉ ne font  sourciller plus   personne dans l’administration guinéenne ? 

GOUVERNER AUTREMENT, est un simple slogan qui n’a aucun effet sur la gouvernance actuellement. Ce n’est qu’un simple  mélange de mots à la coloration  politico-politicienne pour simplement divertir le peuple qui est plus qu’asphyxé.

Mohamed Konaté

Sociologue