La politique de main basse de la France sur le continent africain reste toujours la même, malgré les multiples réformes ou appellations de l’esclavage à nos jours. Ainsi, le président actuel de la France veut passer par la partie importante de la population africaine, qui est sa jeunesse, ce qui est d’ailleurs une première, pour des réformes de sa vision et de ses méthodes en Afrique. Car, l’histoire nous enseigne que les dirigeants français ont toujours passé par les présidents africains pour exploiter les africains et de leurs ressources naturelles.
Un sommet AFRIQUE – FRANCE sans les Chefs d’Etat africains.

Vu les multiples contestations très récurrentes « anti-FrancAfrique » sur le vieux continent, suite une prise de conscience collective de la nouvelle génération en Afrique par rapport aux comportements des dirigeants français, le Président Emmanuel Macron veut, comme l’ont fait Général De Gaulle au lendemain des indépendances africaines avec Léopard Sedar Senghor, Félix Houpheit Boigny, Léon Mba pour ne citer que ceux-là et François Mitterrand au sommet de la Baule sur la démocratisation, le multipartisme et suivis des conférences nationales en Afrique, fabriquer les futurs dirigeants africains à la solde de la métropole à partir de ce sommet de Montpellier. C’est-à-dire préparer la relève pour la France qui voit présence très menacée avec les nouvelles donnes en Afrique.
Le sommet de Montpellier vise à sélectionner les futurs leaders africains qui seront fabriqués par l’Elysée pour réfléchir sur des nouvelles stratégies de relations franco-africaines. Ces leaders fabriqués ont une particularité, celle d’être des jeunes issus des partis politiques, de la société civile, des hommes d’affaires et des leaders d’opinion, ce qui n’était pas auparavant depuis les indépendances.
La France très intelligente et préoccupée de sa position actuelle sur le continent, bousculée voire secouée par la Chine, la Russie, la Turquie et les États-Unis, veut bien anticiper sur cette vision de la rupture prévisible que souhaitent d’ailleurs vivement les afrlicains, ayant pris conscience de tous les torts qui leur sont infligés depuis des siècles.

Consciente de l’ampleur des contestations issues de la société civile africaine, la France veut créer sa propre société civile de simulacre en Afrique à partir de la couche juvénile africaine. Delà, la France tente de préparer ses nouveaux hommes sur le continent, en puisant dans la jeunesse, la société civile et dans les milieux d’hommes d’affaires.

C’est un nouveau mécanisme mûri par la France en infiltrant les jeunes politiques africains et la société civile y compris les milieux d’affaires, pour mieux assurer ses arrières pour des années voire de siècle. Car, ces nouvelles têtes choisies, travailleront pour elle sur le continent. Ces nouveaux promus de la relève française en Afrique seront financés, admis dans des hautes sphères de leurs États afin d’assurer le contrôle ou la main basse de la France sur nos richesses.

Donc, ce qui s’est passé à Montpellier est la suite logique de la conférence de la Baule, initiée par François Mitterrand. La France peut-elle initier un sommet qui regroupe 3.000 jeunes non français et en majorité africains, et qu’en retour elle n’a pas ses intérêts ou ne vise rien dans le futur en se misant sur ces jeunes préfabriqués ? Je dirai NON, connaissant la doctrine de la politique étrangère de la France.
Ce sommet AFRIQUE – FRANCE est organisé par la France pour renforcer davantage sa présence dominatrice sur le continent surtout dans le futur, qui est de plus en plus contestée par des africains et déséquilibrée par la présence des autres puissances étrangères en Afrique.
Et, pourquoi d’ailleurs cette fois-ci, on dit sommet AFRIQUE – FRANCE et non sommet FRANCE – AFRIQUE ? Parce que dans cette histoire, la France veut simplement changer l’appellation des choses en éviter le raccourci « FrancAfrique » qui semble maintenant être mal sonnée à l’oreille en Afrique.

Mais, comme les contestations anti françaises en Afrique ne diminuent pas, il revient à l’Afrique de prendre ses responsabilités comme l’ont montré certains parmi ces jeunes invités par Emmanuel Macron tels que Adama DICKO du Mali et ELDAA KOUAMA du Burkina Faso, qui, je pense, ne seront pas retenues par parmi les jeunes préfabriqués que la France compterait désormais pour sa mafia en Afrique.

L’Afrique doit, à partir de maintenant, refuser et rejeter la façon de faire de la France en Afrique, parce qu’elle n’a contribué qu’à l’imposition des agents de son système criminel à la tête de nos États africains depuis les indépendances jusqu’à nos jours pour faire fonctionner son réseau mafieux de « Françafrique ».

Ibrahima KALLO, juriste