Les chefs d’État de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se sont retrouvés en sommet ordinaire, dimanche 12 décembre, à Abuja, capitale fédérale du Nigeria. Il était question notamment de pencher sur les crises en Guinée et au Mali.

En ce qui concerne la Guinée, la CEDEAO a maintenu les sanctions tout en demandant à la junte de publier le chronogramme de la transition et de mettre sur pied le Conseil National de Transition (CNT) avant le 31 décembre 2021.

Dans un communiqué lundi 13 décembre 2021, le CNRD a répondu aux dirigeants ouest-africains.

D’abord, il dit noté le contenu du communiqué qui a sanctionné ce sommet. Cependant, sur le point concernant la mise en place du Conseil National de Transition (CNT) avant le 31 décembre 2021, le CNRD rappelle qu’en tant qu’organe central de définition et d’orientation stratégique de la transition (article 37 de la charte), il demeure à ce titre, le seul responsable de la mise en place de tous les organes de la transition.

« Le CNRD informe l’opinion nationale et internationale que la célérité de la mise en place du CNT est tributaire de la promptitude de toutes les parties prenantes dans la désignation de leurs représentants conformément aux quotas alloués (article 60 de la charte). À date, le CNRD constate que la plupart des entités désignatrices ne s’est pas confirmée à ses conditions. A titre d’illustration, pour 81 places de conseillers, le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a enregistré 706 candidatures. Les négociations nécessaires pour les rapprochements de différentes positions et les délais de dépouillement incompressibles ne permettent pas au CNRD de tenir un quelconque engagement par rapport à la mise en place du CNT avant la fin de l’année 2021 » , peut-on lire dans le communiqué de la junte.

Le CNRD dit compter sur le patriotisme, la responsabilité des acteurs nationaux, le sens du dialogue et l’accompagnement de la communauté internationale. Il dit se féliciter également de la volonté exprimée lors du sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO d’accompagner la Guinée en vue d’une transition réussie et apaisée.