Le port de voile dans les centres d’examen est formellement interdit ! Telle est la mesure prise par les autorités scolaires de de N’zérékoré qui comptent aisni appliquer une décision du département de tutelle.

Rencontré mercredi par notre rédaction, Amara Condé, inspecteur régional de l’éducation de N’zérekoré s’est montré catégorique.

« Tous les candidats doivent être identifiés. Quand j’étais directeur préfectoral de l’éducation (DPE), j’ai fait la guerre avec les autorités religieuses de N’zérékoré. J’ai rejeté beaucoup de candidates des écoles franco-arabes jusqu’à ce que mon ministre s’est déplacé sur instruction du président de la République. Car les gens lui ont dit que ça ne va pas et que je suis un cafre. Mais j’insiste parce que la première condition pour introduire un candidat dans une salle, c’est de le dévisager à travers une carte d’identité signée par ses responsables. On doit comparer la photo à la personne physique et je reste sur cette position. Le voile est interdit », a-t-il martelé.

Du côté de la ligue islamique, l’on pense que cette décision est anormale.

« Porter des voiles n’a aucun impact sur la crédibilité des examens. Mais on a toujours eu ces problèmes avec les autorités scolaires de N’zérékoré qui sont de surcroît, des musulmans. Même hors examens, on interdit à nos filles de se voiler et pourtant c’est une recommandation. Les années passées on a tout fait avec l’ancien DPE qui est maintenant devenu inspecteur, mais impossible », nous a confié el hadj Amadou Soumaoro, secrétaire général de la ligue islamique régionale. Il ajoute qu’une délégation de la ligue rencontrera jeudi, l’actuel directeur préfectoral de l’éducation, Moussagbè Diakité.

A la question de savoir si cette mesure ne va pas susciter des problèmes, l’inspecteur régional Amara Condé est clair: « Ça n’engage que ceux qui prendront cette mesure autrement. Les voiles c’est pour la mosquée et non pour une salle d’examen. »

Dimio