Excellence Monsieur le Président de la République,


J’ai l’honneur de venir très respectueusement par la présente, auprès de votre auguste personnalité, faire des propositions très utiles à mon avis, aussi bien pour vous, que pour le peuple de Guinée dont vous avez la lourde charge de conduire la destinée, spécialement en cette période dure et difficile.

Monsieur le Président, 
Je ne sais point si mon message vous parviendra, car les propos sur les réseaux sociaux sont comme une bouteille jetée à la mère ; l’on ne sait vers où les vagues la draineront. Néanmoins, J’ose espérer que par la force des choses, vous lirez et comprendrez ma pensée ou du moins, un proche de vous aura la gentillesse de vous la transmettre.

Excellence Monsieur le président de la République, 

« À circonstance exceptionnelle, mesure exceptionnelle ! »

L’humanité fait front contre un phénomène qui dépasse l’entendement humain: le « Corona Virus ». Une pandémie dont les ravages extraordinaires endeuillent les communautés et font écho à travers le monde. Aujourd’hui, chaque peuple se bât en sa manière et selon ses moyens pour freiner la propagation de ce virus mortel et non pour l’éradiquer car, il n’ y’a encore aucun vaccin pour le prévenir. Bien qu’il n’y ait pas encore trop de morts dans notre pays comme on le voit malheureusement à ailleurs, nous ne sommes pourtant pas absolument hors du danger. C’est d’ailleurs par ce souci que vous avez décrété toutes les mesures de sauvetage possibles pour protéger votre peuple; certaines, par nécessité, d’autres par force: fermeture des frontières; lavage des mains au savon et à l’eau de Javel; application des gestes barrières; couvre-feu de 21h à 5h; fermeture des lieux de culte, des bars et buvettes, des salles de loisirs; limitation du nombre de passagers à bord des engins roulants; fermeture des marchés à partir de 16h; port des masques et tant d’autres mesures qui pourraient advenir.

Monsieur le Président, 

Ces restrictions et inhabituelles attitudes imposées, sont docilement acceptées par votre peuple qui, surpris par le phénomène, donne l’impression des passagers à bord d’une barque sur une mer en furie. Tous les regards apeurés et tout l’espoir sont suspendus au piroguier que vous êtes.

Mais, attention, Mon Cher Président ! 
Vous vous battez contre le Covid-19, cependant, vous risquez de déclencher un Covid-20! Je veux parler de la misère qui risque de foudroyer votre peuple et le rendre à la fois vulnérable et têtu contre vous.

En effet, toutes ces contraintes auront pour conséquences la misère généralisée et bien profonde dans les familles. Déjà, les commerces et autres affaires économiques tournent au ralenti depuis plusieurs semaines; le chômage et le désœuvrement qui caractérisent habituellement les jeunes guinéens se sont encore solidifiés au point que, même les activités compensatoires comme la conduite des taxi-motos ou les jeux de loterie (Guinée Games ou PMU) sont paralysées. Les ménages qui vivent uniquement du petit commerce sont en position de chute. De même, les petits fonctionnaires dont les épouses complètent le reste du mois par le débrouillage routinier (commerce), sont déstabilisés…

Face à ces quelques soucis que je viens d’énumérer et assez d’autres tracasseries, Excellence Monsieur le Président de la République, humblement, je vous propose de:

– Suspendre pour le moment tout projet de développement pour d’avantage vous concentrer sur le Covid-19, afin qu’il n’ y’ait pas de mort sur le sol guinéen et que nous triomphions très vite contre cet ennemi universel ;
– Rehausser les salaires des fonctionnaires, au moins à 50%, exceptionnellement pour la période du combat contre le Covid-19. 
– Exiger cette mesure à tous les employeurs des institutions, ONG, Entreprises nationales ou internationales, résidentes en Guinée.
– Instruire les Services de Sécurité d’exiger aux citoyens le respect des principes édictés au lieu de rançonner les pauvres populations.

« À circonstance exceptionnelle, mesure exceptionnelle. » 

Je ne vous apprends rien, mon Cher Président; bien au contraire, c’est de vous que nous devons apprendre les choses. Ce n’est non plus pas à moi de vous dire ce que vous devez faire. Mais, un enfant n’a-t-il pas le droit de suggérer une idée à son père ?

Permettez-moi donc, de vous dire que la lutte contre cette pandémie n’est pas que sanitaire, elle est aussi économique. D’ailleurs, nous voici bientôt entrer dans le dur mois de Ramadan à la fin duquel nous entamerons la saison des pluies (période de soudure). 

Si nous ne voulons pas qu’il y’ait des morts dus au Corona Virus, évitons aussi qu’il en y’ait par la faim, l’anémie, les AVC ou simplement par le suicide, car toutes les stratégies de survie auront failli. 

Excellence Monsieur le Président de la République,

C’est l’humble requête que je voudrais faire auprès de vous, avec espoir que mon message ira d’une bonne volonté à l’autre, jusqu’à vous parvenir. Je précise que je ne fais pas du syndicalisme ni de l’activisme. Je vous parle en tant que citoyen libre, voulant s’adresser à son Président et Chef d’État, pour une raison. Si éventuellement mes propos manquent d’éthique à certains niveaux, veuillez me gracier en comprenant que cette suggestion assimilée à une intercession est le plus grand espoir des guinéens, en cette période dure et compliquée.

Daignez donc, Bien Cher Président, agréer mes souhaits de santé à vous et au glorieux peuple de Guinée.
Puisse le Dieu Tout-puissant continuer de protéger le peuple de Guinée.

Sâa Édouard TINGUIANO, journaliste-activiste