Au cours d’un meeting qu’il a animé lundi 27 janvier 2020, à la maison des jeunes, le préfet de N’zérékoré a déploré les violences en cours dans le pays suite aux manifestations du front national pour la défense de la constitution (FNDC). El hadj Sory Sanoh n’a pas aussi fait de cadeaux à Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition qu’il accuse de vouloir brûler le pays.

C’est un Sory Sanoh apparemment agacé par la situation actuelle du pays qui s’est exprimé lundi devant la population de N’zérékoré. Pour l’administrateur territorial, derrière les manifestations du FNDC, se cache un agenda. À l’en croire, ces manifestations ne ressemblent à rien d’autre aujourd’hui qu’à une rébellion.

« Il y a un moment quand le FNDC a demandé à ses adeptes d’observer des manifestations sur tout le territoire guinéen. Autorisées ou non, qu’ils vont faire des manifestations quand ils veulent et où ils veulent. Certaines de leurs manifestations ont causé des dégâts matériels, des troubles, et même des pertes en vies humaines. Au début on avait cru que c’était une manifestation politique, mais à l’étape où nous sommes, loin d’une manifestation politique, c’est maintenant une rébellion », a-t-il déclaré.

Et d’asséner : « Une rébellion n’est pas forcément liée à une attaque extérieure, elle peut être à l’intérieur aussi. La rébellion, c’est refusé de reconnaître la loi et la respecter, c’est de ne pas reconnaître le droit de l’autre, c’est de faire ce que l’on veut dans le pays de mauvais. Les violences qui se sont passées à Conakry et dans certaines villes du Foutah sont vraiment regrettable. À Conakry, en pleine nuit, des véhicules sont incendiés pour faire soulever la population et en moyenne Guinée, sur 10 préfectures il y a 5 qui sont atteintes d’incendie, de vandalismes et de tueries. »

Poursuivant, le préfet Sory Sanoh s’est ouvertement attaqué à Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition.

« Je dis en toute responsabilité et je l’assume, le comportement de Cellou Dalein Diallo n’est pas patriotique, c’est un comportement qui brûle la nation. Tu veux être président d’une République et tu te mets à brûler cette République. Est-ce que tu es un bon fils de ce pays ? Moi, je dis non. Quand le tribunal de Labé, le commissariat et la gendarmerie de Pita ont été incendiés, M. Dalein n’a eu aucun regret. Plutôt il est allé à la télévision pour se réjouir en disant de continuer la lutte. Mais à un certain niveau, il s’est fait du mal », dira-t-il.

Plus loin, il ajoute que les opposants au changement constitutionnel veulent créer la même situation à N’zérékoré.

« Maintenant, puisqu’ils (les responsables du FNDC Ndlr) savent que les autorités ont pris des dispositions, ils ont changé de stratégies. C’est de sortir entre 00 heure et 3 heures, pendant que tout le monde dort, pour brûler des bâtiments administratifs et en versant de l’huile de vidange sur le goudron. Aujourd’hui, la forêt est la cible de Cellou Dalein et ses collaborateurs parce qu’ils se disent qu’ils ont fini de brûler le Foutah, il faut venir maintenant en forêt. Mais aucune communauté à N’zérékoré n’acceptera que cette ville brûle. Je leur dis de passer par toutes les stratégies, mais ils trouveront l’État devant eux », a prévenu Sory Sanoh qui invite par ailleurs les uns et les autres à redoubler la vigilance pour dit-il, barrer la route aux malfaiteurs.

Konaté