Tous les 08 mars, la femme est à l’honneur. C’est en effet, la journée internationale de la femme ! Originaire des États-Unis (1909), cette journée a pour but de faire le bilan sur la situation des femmes dans la société à travers des manifestations qui ont lieu un peu partout dans le monde.

Mais très malheureusement depuis des années, cette journée a perdu tout son sens en Guinée.

En effet, si dans les autres pays, cette journée est mise à profit par les femmes pour se réunir, faire le point de la situation de leurs droits, organiser des marches symboliques en vue de la revendication des droits ; dans notre pays, elle sert à la mamaya (danse traditionnelle mandingue).

Dans tout le pays, des festivités sont organisées par-ci et par-là et des pagnes sont spécialement confectionnés et portés pour dit-on « célébrer la femme ».

Ne nous trompons pas ! Le 08 mars, comme j’ai eu à signaler au début, tire ses racines au plus profond de l’histoire des femmes ouvrières qui se sont battues pour leurs revendications. Des femmes qui ont lutté des siècles durant pour participer à la vie de la société, à la reconnaissance de leur statut d’être humain et à la jouissance de tous les droits rattachés à la personne humaine.

Posons-nous la question sur la situation des femmes aujourd’hui dans notre pays. Ces femmes guinéennes martyrisées les 365 jours de l’année et magnifiées par des discours, chants et poèmes le 08 mars. Combien de femmes occupent des fonctions de responsabilité ? Combien de femmes et filles sont victimes de viols et des VBG ? Combien de jeunes filles partent à l’école ? Que dire de l’autonomisation des femmes ? Arrêtons la démagogie et discutons des vrais problèmes des femmes. Ces femmes dont l’apport à l’économie n’est plus à démontrer.

Chers femmes, comme le dit une activiste Ivoirienne, au regard des violations que vous subissez de manière récurrente et de l’insuffisance des mesures de protection à votre égard, vous n’avez RIEN à célébrer le 08 Mars, mais TOUT à revendiquer pour l’effectivité de vos droits. Autrement dit, le 08 mars n’est pas un prolongement de la Saint-Valentin qui est une manifestation de l’amour envers sa femme ou sa partenaire.

Bonne fête