Ils étaient nombreux ce lundi 26 août 2019, des journalistes à prendre d’assaut la devanture du siège de la Haute Autorité de la Communication (HAC). À travers ce sit-in, les hommes de médias ont voulu attirer l’attention des commissaires de ladite institution sur les violations des procédures dans la gestion des droits de presse en Guinée.

« Nous réclamons notre liberté », « Plus de journalistes en prison », « Justice corrompue, vive la loi L 002 pour que vive la presse en Guinée… » Ce sont là entre autres des slogans scandés par les manifestants.

Parmi les patrons de presse qui ont pris part à ce sit-in, il y a Lamine Guirassy, eux, PDG du groupe HADAFO Médias. Il a dénoncé les tentatives de musellement de la presse tout en demandant aux hommes de médias de s’unir.

« Ce qui se passe dans notre pays est gravissime. Au temps des militaires, on n’a pas vécu ça. Aujourd’hui, avec un civil à la tête de la Guinée, on met la loi L 002 de côté en essayant de partir sur d’autres formes. Je pense que c’est juste hallucinant. Je suis meurtri de voir mon pays sombrer à ce point. C’est maintenant ou jamais qu’il faut s’unir pour aller de l’avant », a réagi Lamine Guirassy.

Poursuivant, il dira que ce qui arrive aujourd’hui à la presse était prévisible.

« On a vu venir cela de loin. Je ne peux pas comprendre qu’on puisse transformer la loi, pour piétiner la presse, parce qu’il y a un projet caché », a-t-il fustigé.

Il faut rappeler qu’une synergie des radios privées est aussi prévue jeudi prochain.

Sow mô Yayé