Au-delà de toute admiration que je manifeste à l’egard de la personne du colonel Mamadi DOUMBOUYA, Président de la transition et Chef de l’Etat, il faut se féliciter des exploits enregistrés Par le CRND dans le cadre de la refondation annoncée. En tout cas, face aux actions posées et entreprises, on ne peut que se réjouir inlassablement.

Cette transition inspire justice et redonne de l’espoir aux justiciables. Contrairement aux précédents régimes, les professionnels de la justice (magistrats, juges, avocats procureurs, huissiers…) jouissent de nos jours de beaucoup plus d’indépendance dans l’exercice de leur profession. Une indépendance qui n’était que de factice par le passé.

La moralisation de la vie publique qui constitue l’un des piliers de cette transition, prend de proportion de plus en plus importante. Elle se manifeste à travers des contrôles stricts et assidus qui s’opèrent dans l’utilisation des finances publiques. Il n’est pas abusé non plus de donner raison à celui qui avait un jour déclaré que《quand on contrôle l’argent, on contrôle les hommes》. C’est en cela que les institutions de la République deviennent fortes et impersonnelles.

En plus de ces acquis, le soldat donne également un sens existentiel aux médias nationaux (publics et privés) par lesquels s’informent tous citoyens, y compris ceux des localités reculées sur des sujets d’intérêts nationaux relatifs à la transition. Il est surtout important de rappeler, qu’à date, aucun journaliste n’a été poursuivi ou inquiété pour avoir critiqué les actions posées par le CNRD. Apprécions objectivement et soyons optimistes car, la marche du changement amorcé est irréversible.

Elle ne s’arrête guère. Le Géant au cœur humble et à la démarche audacieuse est determiné à aller jusqu’au bout. Raison pour laquelle, il a doté la Guinée d’une Cour de Répression des Infractions Economiques et Financières (CRIEF) dont l’objectif objectif est de lutter contre la délinquance financière sous toutes ses formes, notamment les détournements de deniers publics. Cette CRIEF a un rôle clef à jouer dans un pays riche en ressources mais n’est que peuplé par les plus pauvres en termes de revenu par habitant. L’une des raisons qui explique la nécessité d’une transition apaisée.

Ces outils de la transition troublent le sommeil des infidèles de la République, les criminels économiques et ceux du sang qui sont inquiétés à tous les niveaux. Les biens mal acquis n’appartiennent plus aux soi-disants propriétaires. Je me répète en ce terme, le bien justement acquis peut se perdre, mais quant au mal acquis, il perd son maître en sus.

L’assainissement du fichier de la fonction publique n’est pas en marge des initiatives entreprises par Laye Mady. Avec lui, l’espoir renaît auprès de la jeunesse jour après jour, en dépit des énormes attentes. Cette jeunesse autrefois désespérée, désemparée et manipulée par des politiques devergondés, à désormais de quoi fonder son optimisme.

Si la possibilité m’etait permise, de façon consciencieuse, j’aurais dit au Président de la transition, que l’effectivité de la refondation de l’Etat dans son entièreté tant souhaitée et qui est aujourd’hui soutenue par le vaillant peuple de Guinée depuis le 05 septembre dernier, ne peut être possible qu’avec des cadres compétents, Intègres et pieux.

Mon colonel,《La prévention des catastrophes necessite au préalable de la part des cadres, des compétences et d’intégrité surnaturelle》.

KONATÉ MOHAMED

Sociologue