Dans une déclaration ce dimanche 25 octobre 2020 au lendemain de la proclamation des résultats de la présidentielle 2020, le premier ministre a condamné les violences en cours dans le pays. Selon Kassory Fofana, « le scrutin présidentiel du 18 octobre a été transparent et inclusif ». Il remercie donc le peuple de Guinée qui, selon lui, a témoigné de sa grande « maturité politique ».

Cependant, Kassory Fofana regrette les violences « déclenchées par une autoproclamtion prématurée de victoire d’un des candidats avant même la proclamation des résultats provisoires par la CENI, conformément à la loi. »

« Le bilan qui en résulte est lourd et nous interpelle tous (individuellement et collectivement). De nombreux dégâts matériels, des destructions d’édifices publics et privés et surtout des pertes en vie humaine dans des conditions souvent tragiques. Ce n’est pas cela la démocratie, ce n’est pas cela la Guinée à laquelle nous aspirons tous », a-t-il déploré.

Poursuivant, il dira que le gouvernement prendra ses responsabilités pour faire toute la lumière sur ces événements. Pour le premier ministre, les auteurs et responsables de ces violences seront identifiés et traduits devant les juridictions compétentes.

« Le Gouvernement veillera avec rigueur et fermeté au rétablissement de la sécurité et l’ordre public sur toute l’étendue du territoire national (…) Personne n’a le droit de sacrifier notre pays sur l’autel des intérêts ou ambitions personnels », a-t-il déclaré tout en invitant les uns et les autres au calme et à la retenue.

« En tout état de cause, l’Etat prendra toute ses responsabilités pour le maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité du pays et ne ménagera rien pour protéger la vie sacrée de chaque citoyen guinéen. Dans un État de droit, il n’y a pas de place pour le désordre et la violence et personne ne doit se rendre justice », a-t-il conclu.

Konaté