SONY DSC

La Guinée serait-elle exposée au risque de violences intercommunautaires ? C’est en tout cas ce que pensent certains observateurs au regard de la situation sociopolitique actuelle du pays. Mais pour l’ancien Premier ministre de la transition, les Guinéens sont conscients et ne pourront jamais arriver à une telle situation. Kabinet Komara, qui s’exprimait jeudi au micro de nos confrères du média « Opinion« , a indiqué qu’il y a une instrumentalisation.

« Je suis peut-être parmi des Guinéens, un de ceux qui refusent de croire que les guinéens peuvent s’affronter sur une base intercommunautaire. Il y a eu récemment des élections municipales en Guinée, une des communes nous a donné une preuve éclatante dans la façon dont les Guinéens peuvent vivre ensemble. C’est la commune de Kaloum, dans la capitale. Là, tous les partis confondus, toutes tendances se sont données la main, les élections se sont passées de manière crédible et transparente et une équipe consensuelle a été portée à la tête de la Commune. (…) Donc, moi, je demeure convaincu que le vivre ensemble est possible et que ce n’est instrumentalisé que par des intérêts égoïstes et maléfiques et cela doit prendre fin », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne sa position sur le débat actuel sur la constitution et qui a fait déjà des victimes à travers le pays, Kabinet Komara précise : « Le plus curieux dans ce débat en Guinée est que tout le monde parle de constitution, mais personne n’a vu le texte de cette constitution. Quand je quittais la Guinée, la dernière fois, le Premier ministre devrait faire une consultation sur la question de savoir pour ou contre le principe d’un référendum. Le rapport a été soumis au Président qui, dans une déclaration dit avoir pris acte et qu’il se prononcera bientôt. J’ose espérer que les décisions que le Président prendra seront sages dans le sens de clarifier une position très neutre. Tout le débat, c’est de savoir s’il se représentera ou pas ? Je crois que s’il clarifie ce débat-là, les solutions seront trouvées », dira-t-il.

Il insiste qu’une déclaration du Président Condé renonçant à son projet de changement constitutionnel ou de troisième mandat permettra d’apaiser la situation.

« J’ai lu récemment que le Président fera une déclaration ces jours-ci, j’ose espérer que dans ce sens-là, il pourra avoir vraiment, la conviction de sortir par la grande porte. Ce pays a la possibilité comme il l’a dit, d’être une bonne démocratie », a-t-il insisté.

Il demande ainsi à la communauté internationale d’accompagner la Guinée dans la recherche de solutions apaisées.

Konaté