La sentence dans l’affaire dite de Makona ne sera pas connue avant mardi prochain. C’est ce qu’a décidé le juge Oumar Diallo. Élie Kamano et ses compagnons d’infortune vont donc devoir attendre jusqu’au mardi 14 janvier prochain pour connaître leurs sorts.

Pour rappel, le reggae man et 22 autres personnes ont été arrêtés suite aux accrochages survenus lors de la fête de Makona à Guéckedou.

Le procès qui avait démarré dans cette ville a été finalement délocalisé à N’zérékoré, pour dit-on des raisons de sécurité.

Après donc les débats ce vendredi au tribunal de première instance de N’zérékoré, le procureur Abdoulaye Babady Camara a requis une peine d’un an de prison dont 3 mois assortis de sursis contre Élie Kamano.

Des peines allant de 6 mois à un an et des amendes de 1 à 2 millions de francs guinéens ont été également requis contre 16 autres coaccusés.

Le procureur Camara a demandé par ailleurs la mise en liberté de cinq (5) autres prévenus pour dit-il, délit non constitué.

Il faut rappeler que toutes ces personnes sont poursuivies pour participation délictueuse à un attroupement, coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de travail de moins de 20 jours, violences, voies de faits, destruction, injures publiques et complicité.

Konaté