Conakry, le 3 Décembre 2020 – La ministre de l’Action Sociale et des Personnes Vulnérables a présidé ce jeudi, la célébration de la journée internationale des personnes handicapées placée sous le thème Reconstruire en mieux – Vers un monde post-COVID-19 inclusif, accessible et durable.

L’inclusion du handicap est un aspect essentiel du respect des droits humains, du développement durable et de la paix et de la sécurité. Elle est essentielle à la promesse inscrite dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030, à savoir ne laisser personne de côté. L’engagement pour la réalisation des droits des personnes handicapées n’est pas seulement une question de justice mais un investissement dans notre avenir commun.

Creusant les inégalités préexistantes et révélant l’ampleur de l’exclusion, la crise mondiale liée à la COVID-19 montre combien l’inclusion du handicap est indispensable. Au nombre d’un milliard, les personnes en situation de handicap forment un des groupes les plus exclus de la société et comptent parmi les plus durement touchées par la crise actuelle, en termes de décès.

Pour l’édition en Guinée, c’est le Centre National d’Orthopédie qui est à l’honneur. Se réjouissant de cette attention de la part du gouvernement à travers le département de l’action sociale, Madeleine Millimono, Directrice Générale du Centre National d’Orthopédie, a mentionnée dans son intervention que 2020-2022 le CNO envisage d’appareiller au moins 100 ou 200 nouveaux enfants qui seront retirés de la rue pour être scolarisés.

De son coté, le porte-parole des personnes handicapées a rappelé les progrès réalisés dans le cadre de l’épanouissement des personnes handicapées à travers l’adoption et la promulgation en 2018 la loi sur la protection et la promotion des personnes handicapées en Guinée, suivie de l’élaboration du programme national d’inclusion et d’autonomisation des personnes handicapées, l’engagement des personnes handicapées à la fonction publique. Selon François Depavogui, à ces projets et programmes concrets s’ajoutent la création de l’agence nationale d’inclusion économique et sociale dont l’objectif est la lutte contre la pauvreté des personnes les plus pauvres du pays dont fait partie les personnes handicapées précise-t-il.

Pour sa part, la ministre de l’Action Sociale et des Personnes Vulnérables dira que le choix par les Nations Unies du thème « Reconstruire en mieux – Vers un monde post-COVID-19 inclusif, accessible et durable », convient aux différentes initiatives du Gouvernement, car à travers le plan national de riposte sociale au COVID, le département de l’action sociale a aidé 75 personnes handicapées du Centre D’Apprentissage de Métiers « Bobo Sow », qui à contribuer activement à la promotion des gestes barrières par la production de 52 000 masques, 136 00 morceaux de savons et 7500 tubes de savon.

Pour finir, Diaby Mariama Sylla a relevé que la stratégie nationale de riposte à l’épidémie ainsi que les différents projets en cours d’examen se sont pas sans impact positif sur la situation des personnes handicapées, mieux la quatrième République priorise les secteurs sociaux et la vulnérabilité dont le handicapées conclu-t-elle.

Ministère de l’action sociale et des personnes vulnérables