L’ange de la mort viendra prendre un jour mon âme en tenant compte du degré de ma foi.
Je sortirai de ma maison en laissant mes enfants et on me déposera dans un coin de la mosquée en attente que mes amis et connaissances prient pour le repos de mon âme.
On m’enterrera seul avec mes œuvres dans une tombe obscure.
J’ai foi que Dieu me ressuscitera et m’interrogera.
Chaque personne que j’ai jugée viendra réclamer son droit de réparation des préjudices que j’ai causés à travers mes décisions.

Est-ce Allah me pardonnera si mon prochain ne me pardonne pas ?
Voici la question à laquelle chaque personne doit penser avant d’agir.

CHARLES WRIGHT ALUSSEIN

Magistrat