L’interdiction des prières nocturnes dans les mosquées pendant les 10 derniers jours du mois de ramadan par les autorités religieuses, s’est invitée dans la conférence de presse de l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) ce mercredi 05 Mai, à son siège à Kaloum.

Pour le Directeur Général de l’ANSS cette prière prend beaucoup de temps. Chose qui entraîne la propagation du coronavirus. « Certains disent, pourquoi on autorise la prière ordinaire, la durée d’une prière ordinaire c’est de 5 à 10 minutes. Le nafila  normal c’est 30 à 1h du temps. Les prières nocturnes qui commencent à minuit , et le plus court fini à 3h, le plus long à 4h. Donc le temps de contact est plus long. Quand la durée est longue, y’a beaucoup qui toussent , le virus va circuler et le temps est là pour permettre de contaminer tout le monde. », a justifié Dr Sackoba Keïta

Plus loin, il affirme que les catégories d’âge qui passent les nuits dans les mosqués sont les plus âgés. « Le deuxième argument est que certains passent les nuits dans les mosquées et même toute la journée. Depuis le début jusqu’à la fin, ils ne sortent que le jour de la fête. Il suffit qu’il est un seul malade là-bas. Les catégories d’âge qui passent les nuits dans les mosquées sont les plus âgés.« , a ajouté Dr Sackoba Keïta

Il faut rappeler que 96.687 personnes ont été vaccinées depuis le lancement officiel de la campagne de vaccination contre la covid-19

Gnima Aissata KEBE

620043088