Au lendemain de l’incident survenu samedi 09 octobre 2021 au siège du groupe Djoma Médias, une délégation du Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD) s’y est rendu ce lundi 11 octobre. Conduite par le colonel Balla Samoura, les émissaires du président de la transition ont indiqué que leur objectif était de faire le constat de ce qui s’est passé et mettre les travailleurs de Djoma Médias en confiance.

Pour ce qui s’est donc passé, Balla Samoura précise qu’il s’agit d’un « incident entre deux corps habillés qui a failli affecter le moral des travailleurs de Djoma ». Il promet que cet incident entre des frères d’armes se réglera au niveau de la hiérarchie militaire.

« Le fait que cet incident ait eu un effet négatif sur le moral des travailleurs de Djoma, il fallait venir leur mettre en confiance que rien n’a été initié ou intenté pour venir les empêcher de travailler. Et, Djoma a été toujours au cœur du CNRD […] C’est cette mise en confiance de monsieur le président que nous sommes venus faire. Nous avons vus qu’il n’y a pas eu de destruction et l’incident n’a produit aucune casse sur les installations de Djoma », a-t-il déclaré.

Poursuivant, il insiste que cet « incident était une incompréhension entre le policier posté au siège de Djoma et la patrouille qui était de passage. Question de susceptibilité entre l’agent posté et la patrouille qui avait pour mission de vérifier une information, ça n’a pas marché et ça crée ce qui est arrivé ».

L’officier de la gendarmerie n’a pas donné de détails sur l’information que la patrouille devrait vérifier. Cependant, il a laissé comprendre que c’était anormal que des policiers soient postés au siège de Djoma.

« S’il y a des soucis de sécurité, qu’ils (les responsables de Djoma NDLR) passent par la voie officielle pour se faire affecter des agents qu’il faut. Mais l’objectif des autorités c’est de vraiment pouvoir dans un bref délai, offrir une sécurité à l’ensemble des populations. Sinon, si chacun se cherche un policier, un gendarme, un militaire pour poster devant sa porte, les camps vont se vider et l’on ne pourra pas s’occuper de la chose publique », a fait savoir le colonel Samoura.

En retour, Kalil Oularé, Directeur Général de Djoma a salué la démarche tout en demandant au président de la transition d’œuvrer davantage pour la liberté de la presse et pour que celle-ci dit-il, continue de jouir des avantages de la loi L002 sur la liberté de la presse.

Konaté